Publication:

For the second time in the month of September, an attack against a supply convoy in the north of Burkina Faso caused the death of at least 11 soldiers. Une cinquantaine de civilians sont quant à eux portés disparus, selon le bilan rapporté mardi soir par le gouvernement.

At least onze soldiers were killed and 50 civilians were missing in an attack on suspected jihadists in Gaskindé, in the north of Burkina Faso, perpetrated on Monday, September 27 against a supply convoy, according to a new report on Tuesday evening par le gouvernement burkinabè.

“A supply convoy to the town of Djibo was the target of a cowardly and barbaric attack.” Le bilan provisoire est de 11 corps de militaires retrouvés, 28 blessés”, wrote government spokesman Lionel Bilgo in a communique. “Une cinquantaine de civilians sont aussi portés disparus et les recherches se poursuivent”, pursues the communiqué.

Le bilan pourrait toutefois être beaucoup plus lourd, une source sécurité évoquant à l’AFP “une soixantaine de vitre”. “Practiquement tout le convoy, véhicules et vivres, a été incendié”, a pouruivi cette source.

Des videos reçues de sources sécurités par l’AFP montrent plusiere camions acendiés et éventrés sur le bord d’une route.

“Nous Restons Debut”

Le convoy a été la cible d’une embuscade, près de la localité de Gaskindé, localité situate dans la province du Soum, avait indicé l’état-major lundi soir dans un communiqué.

“L’attaque a également cousé d’important déjàts matériel”, emphasized Lionel Bilgo. “Certes, nous sommes affligés par la tragédie actuelle et les pertes cruelles que nous registrons, mais nous restons debout, unis et solidaires pour libérer notre cher pays le Burkina Faso”, he affirmed, recalling the engagement of the “patriotic forces in lutte contre le terrorisme à tenir le oath de defendre et de libération notre peuple de l’emprise des forces obscurantistes qui veulent l’servir par la violence aveugle et la terreur”.

Deuxième attaque ce mois-ci

This is the second attack this month against a supply convoy in the north of the country. Début septembre, l’explosion d’un engin artisanal entre Djibo et Bourzanga avait causé la mort d’au moins 35 civilians dont plusieurs enfants.

These convoys, escorted by the army, ravitaillent des villes du Nord soumises à un blocus de groupes jihadistes qui ont récently dynamité des ponts sur des grands axes routiers.

Burkina Faso, where the military took power in January and promised to do anti-jikhadiste leur priority, is facing the violence of armed movements affiliated with Al-Qaida and the État Islamique group. Depuis 2015, les attaques récurrentes y ont fait des thousands de morts et provocé le déplacement de quelque deux millions de personnes.

With AFP

Source by [author_name]