Les personnes porteuses de trisomie 21 – environ une naissance sur 800 – ont un chromosome en plus. Et ce chromosome surnuméraire présente une characteristic qui explicarait l’une des manifestations cliniques de la maladie: le declin cognitif. Celui-ci pourrait toutefois être amélioré thanks to une thérapie testée avec succès par des scientists de l’Inserm (Lille) et du Center hospitalier universitaire vaudois (Lausanne) sur un petit groupe de personnes atteintes de trisomie 21.

Les chercheurs ont procédé en plusieurs étapes, décritées dans la revue Science. L’équipe du laboratoire Lille neuroscience & cognition (Inserm/Université de Lille/CHU de Lille) is first part of a recent discovery that concerns the neurohormone GnRH, involved in the initiation of puberty and fertility. On sait depuis peu qu’elle également un rôle dans le maintien de la fonction cognitive. The researchers have therefore used genetically modified mice to reproduce human trisomy in order to study the GnRH regulation mechanism in this context.

Neuronal anomaly

Ils ont découvert que cinq brins de micro-ARN involved in the production of this hormone et présents sur le chromosome 21 étaiten derégulés. In other words, in the mouse model of trisomy 21, we watch for anomalies in the GnRH-secreting neurons. Et celles-ci conduisent à une progressive cognitive deficiency.

Est-elle irreversible ou est-il possible d’inverser la tendance? C’est là qu’interviennent les médecins du Center hospitalier universitaire vaudois, spécialistes du traitement de la deficience congenitale de GnRH, une maladie rare qui se manifeste par une asceite de puberté spontanée chez l’adolescent. Le traitement, qui consiste à injecter la GnRH en reproduisant le rythme pulsatile naturall de la srécrétion de cette hormone, a été testé chez la mouse model de la trisomie 21 afin de voir sil pouvait agir sur la fonction cognitive.

Avec succès, puisk’en seulement 15 days of treatment similar to protocol prévue pour l’main, l’équipe a demonstrated une restauration des fonctions cognitive chez les mousers. Et a décidé de passer à l’étape suivante: tester l’efficacy du treatment chez l’humain. A pilot clinical trial was conducted on seven men with trisomy 21, aged 20 to 50 years.

Amélioration des performances chez les patients

Chacun des members a reçu une dose of GnRH toutes les deux hours en souscutané pendant 6 mois, à l’aide d’une pumpe placed sur le bras. At the end of the trial, the cognitive tests showed an improvement in performance in 6 of the 7 patients: better three-dimensional representation, better understanding of instructions, improved reasoning, attention and episodic memory. The changes are visible in the IRM.

Ces résultats suggestent que la thérapie GnRH pulsatile produit des effets sur le cerveau, en renforçant notably la communication entre certaines régiones du cortex, ce qui permet d’ameliorante la fonction cognitive. Cette thérapie est donc prometteuse, et pas seulement pour les personnes atteintes de trisomie 21 : certaine neurodegenerative pathologies, including Alzheimer’s disease, sont potentiellement concernettes. The condition is bien sûr que le traitement soit validé à plus grande échelle, et en includant des femmes.

Source by [author_name]