Des dizaines de militants manifest vendredi à proximité de la salle Pleyel, à Paris, où doit se drouille l’assemblée générale de TotalEnergies. Alors que le groupe a connu des befências records en 2022, plusieurs ONG et activistes climatiques avaient signe une tribune fin avril prévenant vouloir empêcher cette assemblée générale d’avoir lieu.

Publication:

Après BP et Shell vient le tour de TotalEnergies: le géant français des hydrocarbures is preparing to live an electric general meeting on Friday, May 26, targeted from before its opening by clashes between demonstrators for the climate and the police, while shareholders are also en désaccord avec la politique climatique du groupe.

Dès l’aube, des dizaines de manifestants pour le climat ont tenté de pénétrer dans le trónçon de rue passant devant la salle Pleyel, dans les beaux quartiers parisiens. Une dizaine d’entre eux, qui s’était assis devant l’entrée, ont été délogés par les forces de l’ordre et des échauffourées ont eu lieu, a connotati un noviare de l’AFP. The police used tear gas to disperse the protestors.

A coalition of NGOs called to block the meeting and groups of militants are now sitting at the entrances of rue du Faubourg Saint-Honoré, chanting notably “Ce qu’on veut, c’est renverser Total” et “Un, deux “et trois degrés, c’est Total qu’il faut remercier”.

La réunion à la fin d’une saison d’AG houleuses, où des militants ont multiplié les action contre les grands groupes, comme chez les concurrentes Shell et BP ou la banque Barclays, actée de financer l’expansion de projets d’hydrocarbures.

Le tout sur fond de profits faramineux : ensemble, les majors BP, Shell, ExxonMobil, Chevron et TotalEnergies affichent plus de 40 milliards de befências de befências ce quarterest, aprè une année 2022 grandiose.

Signe des tensions attendues, TotalEnergies interdira aux shareholders and aux journalists d’utiliser leurs téléphones portables, et obligera à laisser certains effets personnel à l’entrée. Le groupe veut surtout éviter le scénario chaotic de 2022, quand des militants d’ONG avaient empêché des shareholders de pénétrer dans l’AG.

The authorities are waiting for the presence of 200 to 400 militants, qui “veulent absolument empêcher la tenue de l’AG”, according to a police source.

“L’AG de Total n’aura pas lieu”, ont d’emblée prévenu fin avril dans une tribune les signataires 350.org, Alternatiba, Les Amis de la Terre, ANV-COP21, Attac, Greenpeace, Scientifiques en rébellion et XR . “Cette assemblée générale prévoit de perpetuer la stratégie du pétrolier: toujours plus de projets fossiles et une repartition injuste des superprofits qui alimente l’injustice climatique et sociale”, they denounced.

À lire aussi Les projets fossiles, des “bombes limatiques” en pleine proliferation

Record Bénéfice of $20.5 billion in 2022

Parmi les sujets brûlants, les quelque 1.5 million d’actionnaires individuels, présents ou en ligne, sont appelé à vote sur une résolution consultative émanant de l’organisation d’actionnaires activistes Follow This, qui s’attaque principally aux émissions indirectes de CO2. Autrement dit, cells linked to the use of oil by its clients in cars or for drivers (scope 3 in carbon accounting), the equivalent of 85% of its carbon footprint. The organization wants to align its reduction objectives with the Paris Agreement of 2015, in order to limit planetary warming to +1.5 °C in relation to the pre-industrial era.

Au sein de cette coalition de 17 investors qui détiennen près de 1.5 % de TotalEnergies figurent La banque postale AM, Edmond de Rotschild AM, La Financière de l’Échiquier. The group recommends to vote against, jugeant the resolution “contraire aux interests” de TotalEnergies, “de ses shareholders et de ses clients”.

La major va nevertheless faire valoir ses efforts pour le climat et appelle ses shareholders à “voter en faveur” de sa propre résolution climatique. This official strategy focuses mostly on its direct emissions, issues from its operations or related to the energy it consumes (périmètres dit du “scope 1 et 2”).

Even if the group does not envisage a drastic reduction in its direct emissions during the decade, it intends to devote a third of its investments to low-carbon energies and reach 100 GW of renewable electricity capacity by 2030.

“Ce sont les revenus des hydrocarbures qui nous permettent d’investir massivement et de développer les renouvelables”, a fait valoir le PDG, Patrick Pouillet, customer in an interview with Challenges magazine.

The group is present in many projects of liquefied natural gas and petroleum, in the United Arab Emirates, in Iraq, in Papua or even in Uganda, with the controversial project of the heated oil pipeline Eacop becoming a media symbol of the anti-oil struggle.

“On (n’)a pas su anticiper”, a concédé à Challenges Patrick Pouyanné au sujet de cette polemique, qui s’ajouté à bien d’autres pour le groupe, criticized for its benefice record de 20.5 milliards de dollars ( 19.12 billion euros) in 2022, ses impôts en France ou le salaire du PDG. Une hausse de 10% de sa rémunération pour 2023 est d’ailleurs à l’ordre du jour de l’AG.

With AFP