According to Ademe, the manufacture of a 2 kg computer requires 800 kg of raw materials, 240 kg of fossil fuels and 1.5 tonnes of water. Un impact écologique qui pourrait être réduit à condition de lutter contre le waspillage électronique, comme essaie de le faire Pierre-Emmanuel Saint-Esprit, directeur Économie circulaire du groupe Manutan.

Futura : Que répondez-vous à ceux qui considerant que l’économie circulaire et les grands groupes ne sont pas compatibles?

Pierre-Emmanuel Saint-Esprey: Je crois sincèrement que pour réponder aux défis de notre époque il faut être capable de dépasser ces conflits partisans et tryer d’agir à l’intérieur même d’un ecosystème qui a le plus d’impact économique et écologique. Si l’on veut vraiment obtenir des résultats drastiques sur les émissions à effet de gaz, il faut agir là où elles sont produites.

Futura: Quelle est donc votre solution?

Pierre-Emmanuel Saint-Esprey: I created my start-up Zack in 2016. It is a solution dedicated to companies in the fight against electronic waste, collection of scraps for resale, reconditioning or recycling locally in France. Ce qui n’est pas vendable est donné à nos associations partenaires. Chacune de ces étapes a été confiée à une entreprise d’insertion afin afin créer de l’emploi en local. L’entreprise, elle, receives à l’issue un bilan RSE complet certifié par l’Ademe, qu’elle peut intégré dans son rapportage extra-financier.

Futura : Pourquoi votre start-up va changer le monde?

Pierre-Emmanuel Saint-Esprey: L’empreinte numérique d’une entreprise est constituente à 80% des produits électroniques utilisés par ses collaborators si l’on prend en compte le bilan carbone et les ressources necessaires depuis sa fabrication. Plus de 5,000 tones de produits électroniques Ont pu être sauvées de la décharge depuis notre création en 2016 et 50 emplois direct et indirect créés sur notre territoire. Our approach also allows us to preserve resources, especially rare minerals, and recycle them to feed local businesses. The circular economy is not more an option but a necessity knowing that the electrical and electronic equipment represent more than 57 million tons of waste in the world today and that they will exceed 70 million tons in 2030.

Futura: Comment est né le projet et quelles sont les prochaines étapes?

Pierre-Emmanuel Saint-Esprey: Avec Timothée Mével, nous avons monté la start-up lors de nos études en master entrepreneurial. The idea was to fight against the wastage of electronic waste among individuals. Nous nous sommes ensuite focalisés sur le monde de l’entreprise, car nous voulions avoir un effet là où il ya le plus d’enjeux et d’impacts. Depuis février 2022, nous avons été intégrés au groupe Manutan, acteur européen du e-commerce BtoB spécialisé dans la distribution d’équipements et de foranières aux entreprises et aux collectivités, qui croit en l’économie circulaire et voulait avancer sur le sujet. Nous avons des fortes ambitions à développer de nouveaux services sur le mobilier usagé par exemple, mais aussi d’essayer d’embarquer l’ecosystem de la distribution et d’accompanier les providennières dans le développement de l’écoconception. It was really an opportunity to accelerate the impact of the circular economy on a large scale.

Futura : Si vous étiez Premier ministre, quelle mesure phare mettriez-vous en place?

Pierre-Emmanuel Saint-Esprey: I co-created the collective EC 2027 which regroups more than 250 experts from the civil society, the academic world, the enterprises, the public sector and the associative sector to place the circular economy in the public debate. Nous agissons à la fois en plaidoyer sur des mesures régulatorys réalistes sur le terrain, en sensitization sur l’économie circulaire mais aussi en créant des synergies notably entre les entreprises qui ont un rôle majeur à jouer sur le sujet.

Futura: What will the world look like in 2050?

Pierre-Emmanuel Saint-Esprey: Deux mondes s’offrent à nous: celui où nous aurons réussi la conversion ecological et l’autre où ce ne sera pas le cas. Personally, I want to believe in the first place, where we have carbon neutrality, where we limit the temperature increase to 1.5 °C. Il faut vraiment pour cela finder our capacity to act in the service of the collective and the common good.

Futura : D’ailleurs, quel sujet d’actualité de Futura vous a passionné?

Pierre-Emmanuel Saint-Esprey: To solve a problem, it is necessary to study it and define it precisely. L’approche scientifique est fundamental dans la conversion et la contribution de Futura est efficace en cela. The article on the pollution of microplastics and the solution proposed m’a d’ailleurs marque.