Publication:

Russian president Vladimir Putin received, on Monday, the leaders of Armenia and Azerbaijan for talks around the question of the Nagorno-Karabakh enclave at the moment Moscow seeks to reaffirm its influence in the region.

Armenia and Azerbaijan agreed to “not resort to force” to regulate the conflict around the enclave of Haut-Karabakh, at the end of a summit held on Monday, October 31 in Russia, their two leaders and the Russian president.

Baku and Erevan “se sont mis d’accord pour ne pas resortir à la force”, ainsi que pour “regler tous les litiges only sur la base de la recognition de la souveraineté mutuelle et de l’intégration territoriale”, selon une declaration common accepted à l’issue de ce sommet tripartite destiné à réaffirmer l’influence de Moscou dans le Caucase.

Ils ont également résine “l’importance des préparatifs actifs à la conversion d’un accord de la paix entre l’Azerbaïdjan et l’Arménie afin d’assure une paix durable et à long terme dans la région”.

La Russie comme arbitre

Accuparé depuis huit mois par son offensive contre l’Ukraine, qui a provocé l’embarras des partenaires traditionalels de Moscou, Vladimir Putin vulait, avec ce summit, que la Russie retrouve son role traditionel d’arbitre dans cette région unstable, où les Occidentaux mènent leurs propres efforts de mediation.

This summit was organized in Sochi, dans le sud-ouest de la Russie, a month after the affrontements frontaliers qui ont fait 286 morts. This is the most heavy bill since the war in 2020 for control of Nagorny-Karabakh, a disputed region between the two former Soviet republics since the 1990s.

“De notre avis communa, c’était une rencontre très utile qui a creat une très bonne ambiance pour d’éventuals futurs accords,” Vladimir Putin said. “Pour sa part, la Russie will do everything pour trouver un règlement definitif et exhaustif” du conflit au Nagorny-Karabakh, at-il assured, ajoutant: “Il est dans l’intérêt de tous de normaliser les relations”.

“We are going to remain in contact and continue the dialogue and the search for solutions necessary to put an end to this conflict,” he promised.

The Russian president has a one-on-one interview with Prime Minister Nikol Pachynyan. “Le plus important est d’assure la paix et de créer les conditions pour le développement,” Vladimir Putin told his counterpart. Le Premier ministre armenien a quant à lui estrein que ses priorières étaiten le retrait azerbaïdjanais des zones du Nagorny-Karabakh dans les quelles sont desploitables les soldiers des forces de la paix russe et la libération des prisonniers de guerre.

The Russian president then received his Azerbaijani counterpart Ilham Aliev, who thanked him for giving him “élan to the normalization process”.

The war in the autumn of 2020 between Armenia and Azerbaijan left more than 6,500 dead in both camps and ended with an Armenian military détour and a peace accord sponsored by Moscow. Des affrontements sporadiques ont toutefois continueé d’éclater, malgré la présence de militaires russes, que ce soit au Nagorny-Karabakh ou à la frontière recognized entre les deux countries, comme en septembre.

Ces pourparlers sous l’égide de la Russie intervene à un moment où les capitales occidentales ont pris une part plus active à la méditation concernant le conflit entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan. The president of the European Council Charles Michel and the French president Emmanuel Macron have also organized negotiations between Nikol Pachinyan and Ilham Aliyev in Brussels in August.

With AFP

Source by [author_name]