Publication:

The Ukrainian army reprend du terrain sur le front sud mais également dans l’est du pays. Derrière ces succès, célébrés dans tout le pays, le quotidien des unités ukrainiennes reste cependant extremely difficile. À la tête d’une d’entre elles, le captaine Vadim, qui a participée à la contre-offensive victorieuse dans la ville de Lyman, s’est donné une nouvelle mission : libéraire ses neuf soldats detenuis depuis juin dernier par les forces russe in Donbass.

This is the other battle of captain Vadim: at the head of a unit that allowed the liberation of the city of Lyman, in the region of Donetsk, he was now given the mission to recover nine of his soldiers, faits prisonniers par les Russes dans le Donbass en juin dernier.

“Les Russes avaient beaucoup plus de soldiers que nous. Notre commandant nous a ordonné de reculer. Et ils ont commeinée à attacker nos nas positions par l’arrière. Le combat s’est engagé, très dur, pendant deux heures. L’artillerie nous a ciblé, et l’ennemi est entré par le côté gauche de l’une de nos positions les plus importantes; c’est là que mes hommes ont été capturés”, raconte-t-il.

“Au moins ils étaiten en vie”

Depuis, les familles des soldiers n’ont de leurs nouvelles que par les videos de propagande russe. Sur certaines, les soldiers sont mis en scène devant des livres supposés apprendre aux Ukrainiens à se “dénazifier”. “J’ai eu un appel de mon mari, pendant une minute à peine, il m’a dit que ça allait, qu’il était prisoner et qu’il était détenue avec les autres soldiers, qu’ils étaiten ensemble. Il m “a dit d’embrasser les enfants”, says Alyona Kaltsova, la femme de l’un de ces soldiers. . Ils étaiten combien déjà… cinq? Cinq. Au moins ils étaiten en vie. Mais on les voyait en train de travailler. Ils entreraient des soldiers.”

“Nous aussi on a des prisonniers et des choses qui peuvent intéresser l’ennemi! Ces neuf soldiers ont defendu la région de Louhansk, pied à pied, village par village. Ils méritent de revenir.”

Source by [author_name]