Cancer du sein métastatique, de quoi parle-t-on ?

On parle de “metastatic breast cancer” when cancerous cells are no longer only localized in the breast but are disseminated to other organs, most often in the bones, liver, brain or lungs.

If the metastases can be identified from the initial diagnosis, they appear more often during the illness.

Ainsi, it is estimated that 20 to 30% of patients treated for breast cancer will develop metastases and that 5% of breast cancers are metastatic.

Des besoins specifiques

Recent therapeutic advances such as CDK 4/6 inhibitors (pris à domicile) associated with hormonal therapy allow the hormone-dependent forms of the disease to be controlled over time and to improve the quality of life of patients.

Grâce à ces progress, les patients peuvent vivre de nombreuses années avec un cancer du sein métastatique, mais Elles doivent aussi apprendre à vivre avec.

Un cancer du sein métastatique n’a rien à voir avec un cancer localisé durant lequel on va se mettre entre parenthèses un an ou 2 ans pour se signer, puis on peut reprendre le cours de sa vie avec une surveillance adapted “, explains Laur Gueru-Acola, Foundation of the Association of Cancer Patients – Mon réseau cancer du sein. “ Pour un cancer du sein métastatique, il va falloir apprendre à vivre avec sa maladie (et ses traitements) afin qu’elle prenne le moins de place possible sur le long cours. »

Mais que le cancer soit d’emblée métastatique ou que les métastases se manifestent plus tard, là encore les besoins sont particuliers. “ On a fait beaucoup de progrès dans l’annonce du cancer en France. Cette dernière est structured avec le médecin et l’infirmière. La rechute, elle, is different because she is unpredictable. Le diagnosis se fait au détour d’un suivi. L’annonce n’est pas véritablement organized. Il n’y a pas de temps dédié aux besoins de la patient. Il faudrait ameliorer cela. »

Un soutien physique et psychologique necessaire

According to the results of the Réalités 2 survey conducted by the Pfizer laboratory, the impact of this cancer and its treatments on the quality of life is still important, notably on:

  • leur état phisique (for 44% of surveyed patients),
  • au niveau social et psychologique (for 24% of patients questioned)
  • sur leur activité domestique (pour 22% des patients interrogées).

Des patients qui expriment en outre un triple besoin : celui d’être mieux informénes ; d’être mieux accompaniedes durant le parcours de soins ; mais aussi un besoin de reconnaissance sociale. Car pour elles, “ il ya un décalage entre ce qu’elles vivent qui est extremely violent et ce que la société renvoie. Aujourd’hui on se dit : le cancer du sein ce n’est pas grave, ça se soigne bien “.

Ce besoin d’accompagnement ne doit donc pas se faire only au moment de l’annonce “, says Laure Guéroult-Accolas, who insists on the interest of regular balances allowing the lastrpljive to express their attention. ” Elles ont besoin de soutien socio-esthétique par exemple. Elles ne perdent pas forcément leurs cheveux, leurs cils… Mais une secéresse de la peau peut s’installer. Elles doivent apprendre à gérard cet inconfort. Unconfort que l’on retrouve aussi au niveau de la sexuality. The quality of the intimate relationship is essential. The physical and psychological impact is important. »

Copyright illustration, “ lorsque les patients sont sous thérapies orales, Elles ne vont pas à l’hôpital. Elles vont prendre leur traitement en autonomie et peuvent se sentir très seules. Ce n’est pas toujours facile de gérer tout cela seule, certaines femmes ont besoin d’être souteunes, accompaniedes. »

Le Collectif 1310 : patient souvenir associations

De nombreuses associations se sont regroupées au sein du Collectif 1310* (pour 13 octobre, Journée mondiale du cancer du sein métastatique): Europa Donna France, Juris Santé, Life is Rose, Mon Réseau Cancer du Sein, BRCA France, Étincelle, Vivre comme avant, OSE! et collectif Triplettes Roses. Nalite en savoir plus : www.collectif1310.fr.

All have different missions. Certaines sont des carrefours d’échange ou proposent des soins de support, d’autres peutent renseigner sur le droit du travail ou apportent un soutien social… “ En étant accompanied, on peut turner les pages pour en écrire de nouvelles ,” concluded Laure Geru-Akola.

Des tools a service des patients:

Depuis 2015, le laboroire Pfizer deploie la démarche SeinChrone. Its objective is to first of all understand the needs of women with metastatic breast cancer, then develop and deploy support tools to improve their health care and lifestyle, including:

  • PactOnco.fr: a site and a Facebook page where you can find information (articles, downloadable booklets…) on illness, types of treatment, étapes du parcours de soins ou encore le droit des malades.
  • LaVieAutour.fr : this site, accompanied by a Facebook page, created in collaboration with the Association francophone pour les soins oncologiques de support (AFSOS), allows the help of an interactive map to find associations offering cares of support au plus près des patients.
  • The oncology service and the Clinical Research Unit (URC) of the Médipôle Hôpital Mutualiste are aware of the problem of the language barrier during consultations. Avec le soutien du laboratory Pfizer, ils ont created an imagier destiné aux patients atteintes d’un cancer du sein qui parlent peu ou pas du tout le français.
    Ce support vient appuyer par l’image les explications données oralement par le médecin et les infirmiers, pour faciliter les échanges.
  • Récemment, l’association Rose Up launched M@ Maison RoseUp (rose-up.fr), une platforme en ligne personnalisée, supported institutionally by Pfizer, destinée aux patients dès l’annonce de leur maladie, pending et après les traitements. She proposes a course dedicated to women affected by metastatic cancer with adapted physical activity, individual employment coaching, exchange groups with oncopsy, a nutrition section, half-journées bien-être and interactive thematic webinars .

Source by [author_name]