The patron of Dacia accepted finally to evoke the subject of a future Sandero electric. Elle has arrived, mais pas tout de suite.

Dacia ne va pas se contenter de la Spring pour remplir les pages de son catalog électrique. Après la micro-citadine, c’est la Sandero, one of the best sellers of the Romanian brand that should benefit from an electric motor. Nevertheless, cette conversion ne devrait pas arriver avant plusieurs années.

In fact, like the ensemble of European manufacturers, the low-cost marque of the Renault group is under an obligation to switch to electric power by 2035. But for Dacia, which bases a good part of its strategy on the costs of production, ce virage forcé ne peut être fait sur le même rythme qu’un constructeur plus huppé. En effet, le cost des batteries est encore trop élevé pour qu’une élétrification puisse être entreprise à moindre frais. Et si la Spring deroge à la règle, il s’agit d’une exception, qui se traduit d’ailleurs par une qualité moindre dans les materials utilisés sur les autres partes de la voiture.

The arrival of the Sandero electric depends on Renault

Alors à quand une Dacia Sandero 100% électrique ? Interrogé sur la question, par nos confrères de Caradisiac, le PDG de la marque, Denis Le Vot, a enfin acceptée d’évoquer ce qui était jusqu’alors un sujet tabou. La transfer se fera “au tout dernier moment” at-il admis. Dans le calendrier de renouvellement de la Sandero, ce “denrier moment” pourrait concider avec 2026 ou 2028, date à laquelle le véhicule doit être restylé.

En revanche, le patron de la marque a été plus loquace sur la façon dont se ferait cette élétrification : “on fera comme d’habitude pour cette nouvelle auto.” On se servira sur les étagères de Renault”.

À en juger par la chronologie avancée, c’est la platforme CFM-B, particulier polyvalente, qui devrait être disponible sur les étagères de la maison mère. In effect, the cell that should be used on the R5 and the future 4L aura eu le temps d’être quelque peu rentabilisée par Renault. It should therefore be available at a more accessible price for Dacia. That the strategy of the Romanian brand depends on the good will and the results of Renault is not really a novelty. But in the period of energy conversion, this data could complicate Dacia’s good march. Au minimum, elle mettra à l’épreuve la patience de ses clients.

Source:

Karadizak

Source by [author_name]