“Il ne faut pas considerer les choses par le petit bout de la lorgnette” Fort de ce credo, Patrick Chaize, senator Les Républicains de l’Ain, s’est immergé dans les travaux de la mission chasse, dont le rapport a été rendu la semaine dernière. “Nous avons été en Recherche d’efficacy, pas d’image”, glisse le senator, qui a mené les travaux avec sa collège Maryse Carrère, sénatrice (PRG) des Hautes-Pyrénées.

“Je savais que je n’aurai que des ennemis, que ce soit d’un côté ou de l’autre”, sighs Patrick Chaize, qui défend aujourd’hui les “measures of bon sens que préconise notre mission”. Parmi celles-ci, l’interdiction de l’alcool et des stupéfiants lors des battues et la mise en place d’un certificat médical annuel pour conserver son permis de chasse.

En revanche, pas d’instauration d’un ou deux jours sans chasse dans la semaine, comme le suggéraient les écologists. Le service après-vente n’est donc pas toujours facile à assurer, à l’heure où une réaction epidermique chasse l’autre sur les réseaux sociaux. Il s’emploie ainsi à réponder, comme sur le nombre de victim.

Jour sans chasse, pas une évidence

Les préconisations de la mission ont ainsi été taxées de timides, voire d’inefficaces. The aindinois senator regrette que la surveillance de l’alcoolémie des chasseurs, au même titre que celle des automobilistes ou l’absence de jour sans chasse, “qui n’est pas une évidence au vu de l’accidentologie”, précis l’élu , aient suscité tant de réactions.

Il met en avant le travail de fund de la Commission, qui a effectue cinq déplacements sur le terrain, dont un dans l’Ain, auditionné 170 personnes durant 48 heures pendent les ten months de travaux d’une mission qui “fait des propositions” and ” sera suivie d’une proposition de loi,” especially Patrick Shays.