Publication:

On October 23, 1942, the second battle of El Alamein began, an episode of the desert war considered as one of the turning points of the Second World War. This battle marks an important victory for the Allies led by General Montgomery against Marshal Rommel’s Afrika Korps.

“The silence was broken by the first fire of the barrage of the main offensive of El Alamein, which began at 9:40 a.m. with the thousands of Montgomery cannons pounding the enemy positions. l’operation Lightfoot flamboyèrent dans la nuit. On se serait cru en plein jour. Le ciel du désert s’embrasa des lumières des explosions et des feux traceants. (…) Il s’agitait d’un monumental requiem de guerre parfaitement orchestrate” . In the memoir “Tant que dure le jour” (éditions Plon), Susan Travers, a member of the Free French Forces, recounts the debut of the Second Battle of El Alamein after taking part on 23 October 1942.

This is not the first time that the allied forces are opposed to the German troops in this corner of the Egyptian desert, a hundred kilometers away from Alexandria. Quelques mois aupuravant, en juillet, les deux camps s’était déjà oppositos au même endroit, mais sans vainqueur ni vaincu. À la tête des forces de l’Axe, le maréchal Rommel, nicknamed “the fox of the desert”, ne manque toutefois pas d’ambition après severales succès face aux Britanniques even si la situation de l’Afrikakorps est de plus en plus delicate. Comme le underlines Benoît Rondeau, the author of “La Guerre du désert” (éditions Caraktere), il se voit “en conquérant de l’Égypte, sur les traces d’Alexandre ou de Banaparte”. “Rommel’s plan foreshadows the fall of 8thousand Army à El Alamein, foncer et s’emparer du Caire, puis de Suez et de Port-Saïd, avant de contraindre les défenseurs d’Alexandrie à la surrender”, added cet historien spécialiste de la Seconde Guerre mondiale.

Operation “light feet”

Mais face à lui se dresse le général Britannique Montgomery qui, sous la pression du Prime ministernique Britannique Winston Churchill, déclenche une counter-offensive à l’automne 1942 baptisée “Lightfoot”. “L’effort principal will be launched au nord par le XXXd Corps of General Lees and Hd Corps du général Lumsden) pendant que des diversions seront láncés au sud par le XIIId General Horax’s corps. Object XXXd Corps est de s’emparer de la crête de Miteiriya. Les blindés du Xd Corps (two times plus de chars que l’Afrikakorps) emprunteront alors les couloirs deminés pour se déployer et repusser la contre-attaque attendedue de l’Afrikakorps”, décrits Benoît Rondeau.

En quelques mois, la VIIId armée britannique s’est considerably renforcée. Une préparation minutiuse a également été elaborated dont une opération d’intoxication visant à tromper l’enemi. “La manœuvre “Martello” permet ainsi de masker des zones de rassemblement. Un faux pipeline et de faux dépôts sont édifiés dans le sud. Des engins factices (8,400 pour l’ensemble de l’operation) sont concentrés au nord du front” , explains the author of “L’épopée du désert, la 8”d britannique armée” (éditions Ysec).

Cette seconde bataille, à laquelle participe quelques effectivefs des Forces françaises libres sur le flanc sud, est déclenchée le 23 octobre. Le moment est propice car le maréchal Rommel est absent, en déplacement à Berlin. Mais comme le résumé Benoît Rondeau, “la percée britannique a été difficulement acquise”. Les pertes britanniques sont élevés lors des deux premiers jours et le front allemand n’a pas été encore percé. Mais en face, la situation n’est guère meilleure. Allemands and Italians face problems of supply and lack of fresh troops, while the reserves of the Allies are important.

Rommel’s answer

On October 25, Marshal Rommel finally resumed command of his army and launched a counter-attack that ended in failure. “Si les choix tacticiques de Rommel s’explicent mais sont disputables, la victoire n’est possible qu’en l’absence d’une volonté absolue de vancre en face. Or cette volonté, Montgomery la possesse indubitablement, et il est prêt à tous les sacrifices pour cela”, underlines l’historien.

En quelques jours, la situation des forces de l’Axe devient unsustenable. Rommel est pessimiste et se résigne au repli. This proposal is unacceptable for Hitler, who sent him a message on November 3: “The order, famous, enjoint à l’Afrikakorps de combattre sur place jusqu’à la ‘victoire ou la mort’.” Au grand dam de ses officiers, Rommel, discipliné, obéit. Il enrage de ne pas profiter de l’inaction des Britanniques pour extirper ses troupes du piège qui les menace. Il décide finalement de passer outre les instructions du Führer”. Rommel donne alors l’ordre de retreat immediate le lendemain “pour tenter de sauver ce qui pouvati encore être sauvé”, he wrote later.

The Legend of El Alamein

À Londres, la victoire est retentissante. Winston Churchill utters this phrase restée célèbre : Ce n’est pas la fin, ni même le commencement de la fin; mais c’est la fin du commencement”. Pour beaucoup, la seconde bataille d’El Alamein marks ainsi un tournant lors de la Seconde Guerre mondiale.

It benefits from the fact that it is embedded in a context of war reversal in favor of the Allies on other fronts: Stalingrad in the East, Guadalcanal in the Pacific, success confirmed in the first semester of 1943 with the defeats of the Ax à Stalingrad et en Tunisie et la victoire, après d’âpres combats, sur les U-Boote [sous-marins de guerre, NDLR] dans l’Atlantique en mai”, estime pour sa part Benoît Rondeau qui underline au contraire que c’est la première bataille d’El Alamein, menée alors par le général britannique Auchinleck, qui s’est avérée plus determinante : “Une conquête de l’Égypte par l’Axe se serait traduite par de lourdes consequences. The decisive aspect of the second battle resides in the fact that the hopes of conquering the Axis are definitively broken: there will be no return of balance and the initiative belongs now to the Allies, who devote the necessary means to la campagne”.

El Alamein entre dans la légende. General Montgomery became one of the most important figures of the Second World War, still venerated outre-Manche. “Le Royaume Uni, qui avait subi de nombreux revers depuis 1940, avait alors besoin d’un héros et d’une bataille rédemptrice”, résumé l’historien. “L’Histoire a su rendre justice à Claude Auchinleck et à l’importance de la première bataille d’El Alamein, livrée en juillet 1942. Ces victoires en Égypte illustrent sans ambages combien l’Empire britannique a contribute à la wintoire finale sur les Forces de l’Axe. Nevertheless, les mythes ont la vie dure et, dans l’esprit du grand public, la bataille d’El Alamein n’a eu lieu qu’en october-novembre 1942 et restera encore pour longtemps associée à Montgomery et au tournant de la Seconde Guerre mondiale”.

Source by [author_name]