Vendue chez nous under the name of Mazda 121, la voiture est née under a marque que vous ne connaissance certainly pas : Autozam. Specializing in city cars and “Kei-Cars”, all small cars reserved for the French market, Autozam is at the forefront of a network of concessionaires in the archipelago.

En vendant des modèles Suzuki rebadgés, le réseau obtains le statut de constructor. After launching exclusive models like the petite sportive AZ-1, Autozam is finally getting closer to Mazda.

La naissance de l’Autozam Revue

C’est ce réseau de distribution qui lance l’Autozam Revue, une mignonne petite citadine toute en rondeur avec un coffre et dotte de mécaniques Mazda. Exit the cars derived from Suzuki, Autozam marches now aux cotés de Mazda, qui vient de créer deux autres marques Eunos et ɛ̃fini.

L’Autozam Revue will accompany the expansion of Autozam concessions in Japan, mainly in the center-villes. The brand’s strategy is summed up in its slogan “A family car magazine in your town.”

Mais tout ne va pas se passer comme prévue. Si Autozam dispose bien d’un modèle qui se vend relatively bien (the Carol), les autres voitures de la gamme font un bide. La Revue n’échappe pas à ce phénomène, entraînant avec elle la marque toute entière.

Terminés les rêves de marque à part entière. Autozam devient un réseau de concessionaire Mazda. But the career of the Autozam Revue is not over yet.

L’Autozam Revue devient Mazda 121

Pour Mazda, hors de question d’abandonner le bébé on the way. Malgré ce faux départ, il faut tenter de profitatiser la Revue. Intégrée au catalog Mazda, elle devient 121.

Au Japon, personne ne veut rouler dans cette voiture, mais le constructor pense que ce model original pourrait aider la marque à se construire une image en Europe.

Avec sa carrosserie arondie, son visage mignon, son petit coffre faisant d’elle une tricorps, et son toit panoramique ouvrant en toile, elle ne ressemble en effet à rien de connu.

A remarkable arrival in Europe

Avec son style is unique, la nouvelle 121 tranche radicalement avec sa devancière. Soit on aime, soit on déteste, mais cette Mazda ne laisse personne indifferent.

With its length of 3.80 meters, it can transport four adults thanks to a consistent fit. La voiture se Montre maniable, et la tenue de route de l’ensemble s’avère fort correcte.

On propose la voiture dans deux motorisations de 1.3 l et 1.5 l, en boîte automatique à quatre rapports ou en transmission manuelle à cinq rapports. Mais le gros atout de cette citadine Mazda tient dans son immense toit panoramique ouvrant en toile. La citadine se transforme en cabriolet en un rien de temps. Unfortunately, l’option est chère.

Trope clivante?

Pas assez pratique, avec ses quatre portes et son coffre, dans une catégorie où toutes les voitures ont un hayon, peut-être “trop ​​mignonne” pour être achetée par des hommes, la Mazda 121 peine à trouver son public.

Malgré d’évidentes qualités, elle ne se vend pas. Add to that the quotas that limit the imports of Japanese cars in Europe, and you understand why 121 ne court pas les rues. Dommage, c’est un véhicule fiable et original.

Pas encore become culte, elle peut se trouver pour quelques centanes d’euros en petites annonces.

Source by [author_name]