The author of the fusillade qui a fait trois morts vendredi à Paris à proximité d’un center culturall Kurde est reparti en garde à vue et sera presento à un juge d’instruction lundi, a indiquée dimanche le parquet de Paris.

La levée de sa garde à vue aura lasted less than 24 hours. Le suspect de l’assassination de trois Kurdes vendredi à Paris, qui a recnu ressentir une “haine des étrangers pathologique”, a quittée dimanche 25 décembre l’infirmerie psychiatrique de la préfecture de police et sera prêtente lundi à un juge d’instruction en vue d’une eventual mise en examen.

Ce retraité de 69 ans, de nationalité française, a été replacé en garde à vue dimanche à 16 h 25, a indicé le parquet. Sa garde à vue avait été levée samedi en end de journée pour des raisons de santé.

Depuis l’attaque qui a fait trois morts et trois blessés, la piste du crime raciste est privilegée par les enquêteurs.

Dès son interpellation peu de temps après les faits, le shooter presumé avait confié aux policiers avoir agi parce que “rasiste”.

>> À lire also : Au rassemblement kurde à Paris, un besoin de justice et de vérité

En garde à vue, il a reconnu une “hate des étrangers become pathological” depuis un cambriolage which he was a victim of in 2016, a indicéo dans un communiqué la prosecutor de Paris Laure Beccuau.

It is described as “depressive” and “suicidal”. “Mais avant de me suicider, j’ai toujours eu envie d’assassiner des migrants, des étrangers, depuis ce cambriolage”, he declared en garde à vue.

Pour ce faire, il s’est dans un premier temps rendu, tôt le matin vendredi, à Saint-Denis, commune populaire au nord de Paris, avec son arme, “un pistolet automatique Colt 45 de caliber 11.43″, pour ” committre des meurtres sur des personnes étrangères”, according to the prosecutor.

Voluntary suicide

But, “il renounce finally à passer à l’acte, compte tenu du peu de monde présent et en raison de sa tenue vestimentaire l’empêchant de recharge son arme facilement”, at-elle specified.

Il est alors rentré chez ses paitres, puis en est ressorti pour se rendre peu avant midi rue d’Enghien, dans le Xe arrondissement de Paris, où il connaissait l’existence d’un center culturel kurde, et a ouvert le feu.

Une femme – Emine Kara, une responsible du Mouvement des femmes kurdes en France – et deux hommes, dont l’artiste et réfugié politique Mir Perwer, sont morts sous ses bales. Trois autres hommes ont été blessés, dont un gravement, mais leurs jours ne sont plus en danger et l’un d’entre eux a quitté l’hôpital, selon le dernier bilan communiqué dimanche.

Cinq des six victims sont de nationality Turque, la dernière française.

>> À lire aussi: “Combattante, musicien, réfugié politique : les trois victims kurdes de l’attacke à Paris”

“Indiquant en vouloir ‘à tous les migrants’, il explique s’en être pris à des victims qu’il ne connaissait pas, précisant en vouloir aux Kurdes pour avoir ‘constitué des prisonniers lors de leur combat contre Daesh (acronym in Arabic of Daesh) l’organisation jihadist État Islamique, ndlr) au lieu de les tuer”, the public ministry said.

Il avait “l’intention d’utiliser toutes les munitions et de se suicide avec la dernière balle”, mais a été stoppé par plusieurs personnes dans un salon coiffure proche avant d’être arrêté par la police.

The first elements obtained during a search of his parents, including the seizure of a computer and a smartphone, have not been “revealed at this stage”, according to the prosecutor, and no evidence has been obtained. lien avec une ideologie extremiste”.

Le suspect a assured avoir acquis son arme il ya quatre ans aupres d’un membre du club de tir, at-elle added. Il l’avait cachée chez ses parents et a assured ne jamais s’en être servi opuravant.

Déjà condamné en 2017 pour port d’arme prohibée et en juin dernier pour violences avec armes sur des cambrioleurs – les faits qu’il évoqué en garde à vue -, il est mis en examen depuis décembre 2021 pour violences avec armes, avec premeditation et à caractère raciste.

Resentment and color

Il est soupçonné d’avoir blessé à l’arme blanche des migrants sur un campement à Paris le 8 décembre 2021.

After a year of provisional detention, he was released on December 12.

The attack on Wednesday upset the Kurdish community, which denounced a “terrorist” act and misled Turkey.

Que la piste de l’attentat terrorist n’ait pas été retenue d’emblée a suscité colère et incomprehension.

“Le fait que nas associations soient prises pour cible relève d’un caractère tererroriste et politique”, said Agit Polat, porte-parole du CDK-F.

“Ce qu’on resent, c’est de la peine et de l’incompréhension parce que ce n’est pas la première fois que ça arrive,” declared a 23-year-old Parisian demonstrator, Esra, sans donner son nom.

Elle faisait reférence à l’assassination le January 9, 2013 à Paris de trois militants du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), jamais élucidé.

Dans la capitale, a rassemblement de plusieurs de personnes a été émaillé samedi de violences et de degradations. Trente-et-un policemen and un protestant ont été lightly wounded, onze personnes interpellées, a announcement le préfet Nuñez.

Un conseiller du président turc Recep Tayyip Erdoğan published Sunday on Twitter des photos of cars renversées et brûlées à Paris en écrivant “c’est le PKK en France”, “la même organization que vous sutenez en Syria” et “qui a tué des thousands of Turks, Kurds and security forces during the 40th anniversary of the war.

“Maintenant, ils brulent les rues de Paris.” Allez-vous toujours garder le silence?”, asked Ibrahim Kalin.

Des centanes de Kurdes syriens ont encore manifesté dimanche dans le nord-est de la Syria en hommage aux trois “martyrs” tués vendredi.

With AFP