Publication:

Les enquêteurs poursuivent dimanche leurs researches sur l’assassination de trois Kurdes il ya deux jours à Paris, malgré la levée pour raisons de santé de la garde à vue du presumed shooter, sur fond de colère persistente de la communauté kurde.

Au lendemain de l’attack qui costé la vie à deux hommes et une femme près d’un center culturel kurde dans le 10d arrondissement de Paris, le parquet de Paris announced, on Saturday 24 December, that the doctor judged that the suspect’s state of health “n’était pas compatible avec la mesure de garde à vue” entamée juste après les faits et qu’ il avait été conducted “à l’infirmerie psychiatrique de la préfecture de police”.

Sa garde à vue a été “levée dans l’attente de sa présentation devant un juge d’instruction lorsque son état de santé le permettre”, a ajouté le parquet, qui doit communique dimanche. Les enquêteurs poursuivent leurs researches.

Samedi, a demonstration of support for the Kurdish community took place on the Place de la République at the appeal of the Kurdish Democratic Council in France (CDK-F).

>> À lire also : Au rassemblement kurde à Paris, un besoin de justice et de vérité

Racist Crime Privilege Award

Depuis l’attacke, la piste du crime raciste est privilegée.

The suspect, a 69-year-old retired train conductor, of French nationality, said during his interrogation that he had acted because he was “racist,” according to a source close to the dossier.

On the same day, the Paris prosecutor’s office added “le mobile raciste des faits” to the open investigation for murders, attempted murders, armed violence and violations of the legislation on arms.

Based on the first elements of the investigation and the statements of the sexagenaire, the prosecutor considered that the facts were committed “en raison de l’appartenance ou de la non appartenance, vraie ou supposée, des victims à une pretendue race” , ethnicity, nation or religion determined”.

“L’ajout de cette circonstance ne modifie pas la peine maximume encourue, qui demeure la réclusion Criminalelle à perpétuité”, the ministère public specified.

Friday little before noon, the man opened fire with a handgun in the rue d’Enghien, near the Ahmet-Kaya cultural center, in the 10d Paris district.

Une femme, Emine Kara, une responsible du Mouvement des femmes kurdes en France, et deux hommes, dont l’artiste et réfugié politique Mir Perwer, ont été tués et trois autres hommes blessés, dont un gravement.

With AFP