14h27 : « Il y a une légitime suspicion » sur la déclaration de patrimoine de Macron, estime Mélenchon

Le candidat de La France insoumise s’étonne en conférence de presse s’étonne de la déclaration de patrimoine d’Emmanuel Macron, qui s’élève à peu plus de 500 000 euros. « C’est plus qu’une cigale, raille Jean-Luc Mélenchon. Un gars qui gagne 900 000 euros et qui ne met pas un sou de côté… Il y a une légitime suspicion. » Le candidat de La France insoumise a pour sa part déclaré un patrimoine d’environ 1,3 million d’euros.

Découvrez le patrimoine des 12 candidats

Environ un demi-million d’euros de patrimoine pour Emmanuel Macron, quelque 1,2 million pour Marine Le Pen, 4,2 pour Éric Zemmour et encore 9,8 pour Valérie Pécresse : les déclarations des biens et participations des candidats à l’Élysée ont été dévoilées mardi par la Haute autorité pour la transparence de la vie publique. Lire notre article.

14h24 : « Ma stratégie reste de créer de l’unité par la base », revendique Mélenchon

En conférence de presse, Jean-Luc Mélenchon prend acte du refus de Fabien Roussel – notamment – de se ranger derrière lui, candidat le mieux placé à gauche. « A la veille d’un deuxième tour possible, je m’adresse à la masse, lance le candidat de la France insoumise. Ma stratégie reste de créer de l’unité par la base puisqu’elle ne peut pas se faire par le sommet. Au deuxième tour, c’est ou moi ou Le Pen ou Zemmour. »

14h20 : Le Pen, pas inquiétée par la montée de Mélenchon, pointe la responsabilité de Zemmour

Mardi soir, pour la première fois dans cette campagne, un sondage de l’institut Elabe plaçait Jean-Luc Mélenchon devant Eric Zemmour et Valérie Pécresse, à 1,5 point derrière Marine Le Pen. « Ça ne m’inquiète pas mais ça démontre que ceux qui ont suscité des candidatures concurrentes prennent un risque considérable », réagit auprès de BFM TV la candidate du Rassemblement national, ciblant, sans le dire, Eric Zemmour.

14h10 : Mélenchon plaide pour le blocage des prix du carburant, de l’énergie et de l’alimentation

« Si on ne fait pas le blocage des prix, ils vont exploser », alerte le candidat de La France insoumise lors de sa conférence de presse sur les mesures à prendre pour protéger les Français des répercussions de la guerre en Ukraine. « Des gens ne pourront même plus se déplacer parce que ça sera trop cher », ajoute-t-il. 

Jean-Luc Mélenchon estime que « c’est aux compagnies pétrolières de payer ». Et,« si les entreprises n’ont pas envie de mettre la main à la poche avec ma mesure de blocage des prix, elles peuvent aussi augmenter la production afin de faire baisser les prix. »

14h05 : Troisième dans un sondage, Mélenchon « ne fanfaronne pas »

Le député des Bouches-du-Rhône réagit au sondage de l’institut Elabe paru mardi, qui le place troisième du premier tour devant Eric Zemmour et Valérie Pécresse et talonnant Marine Le Pen, avec l’espoir d’être qualifié pour le deuxième tour. « Cela crée un événement et cela modifie le champ politique mais je ne fanfaronne pas, tempère Jean-Luc Mélenchon. Il y a encore un mois de campagne et la situation pourrait se retourner. » Le candidat de La France insoumise estime que sa présence au deuxième tour « serait une forme plus classique : droite contre gauche ».

14h : Alexis Corbière viole le secret-défense, une polémique « ridicule » dénonce Mélenchon

En conférence de presse, le candidat de La France insoumise répond à la polémique – et au porte-parole du gouvernement Gabriel Attal – qui accuse le député Insoumis Alexis Corbière d’avoir violé un secret défense en annonçant sur Franceinfo ce matin que la France a livré des missiles antichars à l’Ukraine. Jean-Luc Mélenchon juge cette polémique ridicule car l’information a été donnée par Europe 1 et Le Monde.

13h50 : Mélenchon dénonce les « pleins pouvoirs » dont dispose Macron sur la guerre en Ukraine

Le candidat de La France insoumise dénonce en conférence de presse l’absence de lieu de débat sur la guerre en Ukraine et les « pleins pouvoirs » dont dispose Emmanuel Macron jusqu’à l’élection présidentielle. « Ce n’est pas une situation saine », alerte Jean-Luc Mélenchon, qui pestait dimanche, déjà, contre l’absence de concertation avec le Parlement au sujet de la guerre au Mali.

Ce contenu est bloqué car vous n’avez pas accepté les traceurs.

En cliquant sur « J’accepte », les traceurs seront déposés et vous pourrez visualiser les contenus .

En cliquant sur « J’accepte tous les traceurs », vous autorisez des dépôts de traceurs pour le stockage de vos données sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Vous gardez la possibilité de retirer votre consentement à tout moment.
Gérer mes choix



13h21 : Les candidats passent leur grand oral devant les chefs d’entreprises industrielles

Plusieurs candidats sont attendus sur la scène préparée à l’occasion de la conférence de l’Union des industries et métiers de la métallurgie (UIMM). Eric Zemmour est le premier prétendant à intervenir. «  Je veux faire de la réindustrialisation le cheval de bataille de notre redressement économique », assure le candidat de Reconquête. Anne Hidalgo abonde, estimant que « nous devons réindustrialiser nos territoires car c’est la base de la production de valeur ».



Taxe carbone, grand emprunt… cinq propositions sur la réindustrialisation à la loupe

Taxe carbone aux frontières, commande publique orientée vers le « made in France », réindustrialisation verte : les candidats à l’Élysée fourmillent d’idées pour relancer une industrie française dont les lacunes sont apparues au grand jour avec la crise sanitaire. Décryptage.

13h05 : Alexis Corbière répond à Roussel sur le secret-défense

C’est la passe d’armes de la matinée à gauche. Sur Franceinfo le député insoumis Alexis Corbière, qui siège à la commission Défense et armée de l’Assemblée nationale, dressait l’inventaire des armes envoyées par la France en Ukraine : « des gilets pare-balles et quelques missiles anti-char », « ça peut ressembler à ça ». « On ne communique pas sur des informations secret défense », taclait Fabien Roussel sur Twitter.

Et l’Insoumis de lui répondre : « Mon cher Fabien, je constate que tu veux encore polémiquer, moi non. Ce que j’ai dit ce matin était banalement déjà dans la presse. Je ne dispose d’ailleurs d’aucune information “secret défense”, et tu devrais le savoir. » Dans cette même interview, le député de Seine-Saint-Denis appelait pourtant le communiste à lui « donner la main »…

Ce contenu est bloqué car vous n’avez pas accepté les traceurs.

En cliquant sur « J’accepte », les traceurs seront déposés et vous pourrez visualiser les contenus .

En cliquant sur « J’accepte tous les traceurs », vous autorisez des dépôts de traceurs pour le stockage de vos données sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Vous gardez la possibilité de retirer votre consentement à tout moment.
Gérer mes choix



12h30 : Roussel tacle Corbière sur le secret-défense

Ce mercredi matin, sur Franceinfo, le député insoumis Alexis Corbière, qui siège à la commission Défense et armée de l’Assemblée nationale, dressait l’inventaire des armes envoyées par la France en Ukraine : « des gilets pare-balles et quelques missiles anti-char », « ça peut ressembler à ça »…

« On ne communique pas sur des informations secret défense », tacle Fabien Roussel sur Twitter. Le député de Seine-Saint-Denis appelait pourtant le communiste à lui « donner la main »…

Ce contenu est bloqué car vous n’avez pas accepté les traceurs.

En cliquant sur « J’accepte », les traceurs seront déposés et vous pourrez visualiser les contenus .

En cliquant sur « J’accepte tous les traceurs », vous autorisez des dépôts de traceurs pour le stockage de vos données sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Vous gardez la possibilité de retirer votre consentement à tout moment.
Gérer mes choix



12h15 : « Mon projet économique se résume en une phrase : tout pour les TPE/PME », assure Le Pen

Devant les dirigeants des petites et moyennes entreprises, Marine Le Pen l’assure, son projet « se résume en une phrase : tout pour les TPE/PME ». « Depuis de trop nombreuses années, tout a été fait pour les grands groupes et rien n’a été fait pour les petites et moyennes entreprises qui font pourtant vivre notre pays », dénonce la candidate du Rassemblement national.

11h54 : Sandrine Rousseau maintient son soutien à Jadot

 Sur RMC, l’ancienne présidente du conseil politique assure une nouvelle fois qu’elle maintient son vote pour le candidat écologiste Yannick Jadot. « Je me suis engagée dans une primaire et j’en respecterai les règles », souligne-t-elle. Approchée par les Insoumis depuis sa défaite à la primaire, Sandrine Rousseau répond simplement qu’elle a « toujours respecté Mélenchon ».

11h30 : Le Pen présente ses propositions aux dirigeants des petites et moyennes entreprises

La candidate du Rassemblement national succède à Anne Hidalgo à la tribune du débat organisé par la Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME). Parmi ses propositions : exonérer pendant cinq ans de l’impôt sur les sociétés les jeunes entrepreneurs de moins de 30 ans ou mettre en place un chèque apprentissage pour les entreprises ainsi que pour les apprentis et alternants.

Demandez le programme !

Économie, environnement, sécurité, santé, retraite… avant l’élection présidentielle des 10 et 24 avril prochains, nous avons compilé les propositions des candidats, classées par thématiques. Faites le tour des projets grâce à notre comparateur de programmes interactif.

10h53 : Renaud Muselier estime que Pécresse « va se faire massacrer » lors de son débat avec Zemmour jeudi

Jeudi, sur TF1 et LCI, la candidate des Républicains Valérie Pécresse débattra avec le candidat de Reconquête Eric Zemmour pour la première fois dans cette campagne. « Elle va se faire massacrer ! », anticipe sur Sud Radio le président de la région PACA, ex-LR rallié à Emmanuel Macron, qui la renvoie à ses précédents ratés. « A droite, culturellement, on doit réussir nos meetings, elle l’a raté », cingle-t-il. « Et il y a un truc qu’il ne faut pas faire, c’est aller se présenter sur une terre d’un polémiste qui fait ça depuis dix ans, raille l’élu. C’est comme si vous mettiez un étudiant en médecine face à un neurochirurgien. » 

10h30 : Les candidats à la rencontre des dirigeants des petites entreprises

Plusieurs candidats se succèdent au débat organisé par la Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME). Anne Hidalgo introduit les échanges, à suivre sur les réseaux sociaux du syndicat.



10h07 : Xavier Bertrand propose quatre débats à Macron, contre chacun des candidats les mieux placés

« Quatre semaines, quatre débats »: le conseiller « territoires » de Valérie Pécresse propose sur RTL au président sortant Emmanuel Macron de tenir quatre débats d’ici le premier tour de l’élection présidentielle, avec chacun de ses quatre poursuivants dans les sondages : Marine Le Pen, Eric Zemmour, Jean-Luc Mélenchon, et évidemment la candidate des Républicains. Le chef de l’Etat a indiqué lundi soir qu’il ne participerait à aucun débat avant le premier tour, comme ses prédécesseurs.

Emmanuel Macron ne participera à aucun débat avec les autres candidats avant le premier tour

« Je préfère le débat avec les Français, c’est ce que je leur dois », a expliqué le président candidat, confirmant ce qu’avait déjà laissé entendre le gouvernement. Lire notre article.

9h43 : Mélenchon tiendra une conférence de presse sur l’Ukraine à 13h30

« Rendez-vous à 13h30 pour une conférence de presse sur nos mesures d’urgence face aux conséquences de la guerre en Ukraine et à la crise des prix », écrit le candidat de la France insoumise sur Twitter.

Ce contenu est bloqué car vous n’avez pas accepté les traceurs.

En cliquant sur « J’accepte », les traceurs seront déposés et vous pourrez visualiser les contenus .

En cliquant sur « J’accepte tous les traceurs », vous autorisez des dépôts de traceurs pour le stockage de vos données sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Vous gardez la possibilité de retirer votre consentement à tout moment.
Gérer mes choix



9h10 : François Hollande s’oppose au vote utile pour Mélenchon

Mi-février, Ségolène Royal appelait à soutenir Jean-Luc Mélenchon, le « seul vote utile » à gauche selon elle. « Il faut avoir un président utile, pas simplement un vote utile », rétorque François Hollande sur France Inter.

Ce contenu est bloqué car vous n’avez pas accepté les traceurs.

En cliquant sur « J’accepte », les traceurs seront déposés et vous pourrez visualiser les contenus .

En cliquant sur « J’accepte tous les traceurs », vous autorisez des dépôts de traceurs pour le stockage de vos données sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Vous gardez la possibilité de retirer votre consentement à tout moment.
Gérer mes choix



« Ça ne serait pas utile d’avoir un président qui sorte de l’alliance Atlantique, estime l’ancien chef de l’Etat. Ça ne serait pas utile d’avoir un président qui mettrait de part et d’autre de la table la Russie et les pays démocratique. Ça ne serait pas utile d’avoir un président qui sortirait progressivement de l’Europe. Ça ne serait pas utile d’avoir un président qui à un moment ou un autre voudrait changer les institutions. »

9h : « Donne-moi la main camarade », lance Alexis Corbière à Roussel

Les Insoumis continuent de tenter de rallier Fabien Roussel à Jean-Luc Mélenchon. « Je dis à Fabien Roussel : donne-moi la main camarade ! », lance Alexis Corbière au micro de Franceinfo. « On peut écrire ensemble une magnifique page de l’histoire de France, estime le député. Il n’y a que trois futurs devant nous : soit l’extrême-droite, soit M. Macron, soit Jean-Luc Mélenchon. » Le communiste s’oppose à cette alliance, prétextant une divergence fondamentale sur la question du nucléaire.

8h57 : « On accepte tous les soutiens », réagit Corbière au ralliement de la Primaire Populaire

Après le retrait de Christiane Taubira, le conseil d’administration de la Primaire populaire a décidé de soutenir la candidature de Jean-Luc Mélenchon. « On accepte tous les soutiens en période présidentielle », salue modestement Alexis Corbière, alors que La France insoumise n’a jamais été tendre avec le processus.

Ce contenu est bloqué car vous n’avez pas accepté les traceurs.

En cliquant sur « J’accepte », les traceurs seront déposés et vous pourrez visualiser les contenus .

En cliquant sur « J’accepte tous les traceurs », vous autorisez des dépôts de traceurs pour le stockage de vos données sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Vous gardez la possibilité de retirer votre consentement à tout moment.
Gérer mes choix



« Tant mieux, merci, bienvenue, comme des millions de gens », ajoute-t-il. « On peut se rassembler derrière Jean-Luc Mélenchon pour être au second tour, assure le député de Seine-Saint-Denis. Je veux qu’on parle d’augmentation du SMIC, retraite à 60 ans face à Emmanuel Macron. »

8h55 : « Ce qui est dur, c’est de voir la trahison de certains que j’ai soutenus », admet Pécresse

La candidate des Républicains stagne voire redescend dans les sondages, mais assure sur BFM TV/RMC qu’« absolument », elle tient le coup. « Ce qui est dur, c’est de voir la trahison de certains que j’ai soutenus », admet Valérie Pécresse, citant notamment l’exemple d’Eric Woerth, qu’elle avait soutenu entre les deux tours des élections législatives en 2017 « alors qu’il était tout seul et qu’il risquait de perdre sa circonscription ». Le président de la commission des finances à l’Assemblée nationale a rallié Emmanuel Macron.

Ce contenu est bloqué car vous n’avez pas accepté les traceurs.

En cliquant sur « J’accepte », les traceurs seront déposés et vous pourrez visualiser les contenus .

En cliquant sur « J’accepte tous les traceurs », vous autorisez des dépôts de traceurs pour le stockage de vos données sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Vous gardez la possibilité de retirer votre consentement à tout moment.
Gérer mes choix



 8h48 : « Je n’ai pas une générosité, une hospitalité à géométrie variable », tacle Alexis Corbière

« Il faut accueillir les Ukrainiens, c’est l’honneur de la France et je vois que beaucoup d’initiatives de solidarité sont prises, multiplions les », selue Alexis Corbière sur Franceinfo. Le député insoumis dénonce toutefois un « gouvernement si dur, si froid envers les réfugiés notamment syriens », « ce même gouvernement qui a déchiré des tentes de gens qui étaient dans le froid ». « Je n’ai pas une générosité, une hospitalité à géométrie variable », assène-t-il.

8h44 : La redevance télé est « une taxe qui a fait son temps, qui est obsolète », estime Pécresse

La candidate des Républicains va dans le sens de la proposition d’Emmanuel Macron de supprimer la redevance audiovisuelle. « Il y a plusieurs mois j’avais déjà mis sur la table le sujet parce qu’aujourd’hui il n’y a plus de taxe d’habitation et la redevance était perçue avec cette taxe, donc c’est très compliqué d’aller collecter la redevance », rappelle Valérie Pécresse sur BFM TV/RMC. « Il y a énormément de nouveaux moyens de regarder la télévision qui ne sont pas des écrans télévisés, donc cette redevance, c’est une taxe qui a fait son temps, qui est obsolète », souligne-t-elle.

8h38 : Pécresse ne veut pas que la campagne « soit dérobée aux Français »

Sur le plateau de BFM TV/RMC, la candidate des Républicains alerte pour ne pas que « la guerre en Ukraine n’écrase tout » dans cette campagne. « Elle écrase le débat démocratique qui doit avoir lieu sur l’état de la France », déplore Valérie Pécresse, qui constate « un réflexe légitimiste vis-à-vis du président de la République ».

Ce contenu est bloqué car vous n’avez pas accepté les traceurs.

En cliquant sur « J’accepte », les traceurs seront déposés et vous pourrez visualiser les contenus .

En cliquant sur « J’accepte tous les traceurs », vous autorisez des dépôts de traceurs pour le stockage de vos données sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Vous gardez la possibilité de retirer votre consentement à tout moment.
Gérer mes choix



« Il faut absolument que cette campagne ne soit pas dérobée aux Français », plaide-t-elle. « Il y un état du pays qui est calamiteux, un bilan d’Emmanuel Macron qui n’est pas bon », ajoute Valérie Pécresse.

8h35 : Macron « a mis le pays en faillite » et a « géré la crise du Covid comme un pied » juge Dupont-Aignan

Chantre de la lutte anti-pass sanitaire puis vaccinal, Nicolas Dupont-Aignan ne manque pas d’écorcher Emmanuel Macron sur le sujet sur le plateau de Public Sénat. « Il [Emmanuel Macron]
a mis le pays en faillite, accuse le candidat de Debout la France. Il a géré la crise du Covid comme un pied, il fallait faire le quoi qu’il en coûte sans fermer autant les choses, et avec une politique de santé plus intelligente. »

Ce contenu est bloqué car vous n’avez pas accepté les traceurs.

En cliquant sur « J’accepte », les traceurs seront déposés et vous pourrez visualiser les contenus .

En cliquant sur « J’accepte tous les traceurs », vous autorisez des dépôts de traceurs pour le stockage de vos données sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Vous gardez la possibilité de retirer votre consentement à tout moment.
Gérer mes choix



Lui propose de réaliser « 100 milliards d’économie sur les mauvaises dépenses » pour les « redéployer ». « Il y a d’abord les 20 milliards des millions de fausses cartes vitales. Il y a l’Union européenne qui nous coûte 10 milliards net, c’est le budget de l’enseignement supérieur. Vous avez l’immigration, je veux supprimer toutes les aides sociales pendant les cinq premières années pour casser l’appel d’air. La grande fraude à la TVA, c’est colossal les escroqueries. Taxer les GAFA qui exploitent les données sans les payer… Il y a un gisement. »

8h34 : François Hollande plaide pour arrêter les importations de gaz et de pétrole russe

« Dans ce contexte, il n’y a qu’une décision majeure qui doit être prise : c’est de suspendre, d’arrêter les livraisons de gaz et de pétrole venant de Russie pour l’Europe », plaide l’ancien chef de l’Etat au micro de France Inter. « C’est un choix difficile », reconnait-il, « extrêmement douloureux, périlleux mais nécessaire ».

François Hollande estime qu’« il y a l’occasion pour l’Europe […] d’avoir un nouveau modèle énergétique » et répète que, selon lui « Vladimir Poutine ne comprend que les rapports de force, […] ivre des succès qu’il a remportés ces dernières années ».

8h32 : Renaud Muselier, ex-LR, balaye les critiques après son ralliement à Macron

«  Depuis 5 ans, j’ai critiqué ce qui était critiquable, et j’ai soutenu ce qui était bien fait », plaide le président de la région PACA au micro de Sud Radio. « Avec Bruno Le Maire, Jean Castex et Emmanuel Macron, les Régions de France ont contribué au sauvetage de nos entreprises et de notre emploi pendant la crise COVID », estime l’ancien cadre des Républicains.

8h20 : Dupont-Aignan pour l’accueil de réfugiés ukrainiens, « mais on ne va pas déménager un peuple »

Le candidat de Debout la France réagit à la mise en place par le gouvernement d’un plan d’accueil pour les réfugiés ukrainiens. « Bien sûr qu’il faudra accueillir quelques réfugiés qui sont malheureux, mais on ne va pas déménager un peuple », alerte Nicolas Dupont-Aignan sur Public Sénat. « Il y a un élan de générosité formidable des Français, mais tout ça c’est de l’émotion – qui est utile parce qu’il y a de la souffrance -, mais il faut traiter la cause de ces souffrances », ajoute-t-il.

Ce contenu est bloqué car vous n’avez pas accepté les traceurs.

En cliquant sur « J’accepte », les traceurs seront déposés et vous pourrez visualiser les contenus .

En cliquant sur « J’accepte tous les traceurs », vous autorisez des dépôts de traceurs pour le stockage de vos données sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Vous gardez la possibilité de retirer votre consentement à tout moment.
Gérer mes choix



8h15 : « Joe Biden a armé l’UE, a mis de l’huile sur le feu », dénonce Dupont-Aignan

Sur le plateau de Public Sénat, le candidat de Debout la France reconnaît que « la Russie a une responsabilité écrasante » dans la guerre en Ukraine mais fustige l’attitude des Occidentaux à l’égard de Moscou en amont du conflit armé. « L’Occident a joué avec les Ukrainiens, estime Nicolas Dupont-Aignan. Joe Biden a armé l’Union européenne, a mis de l’huile sur le feu pendant des années. On a fait croire aux Ukrainiens qu’on allait les aider et on les laisse tomber. » Pour lui, « ce conflit régional va ruiner le continent pour un siècle ».

8h05 : Xavier Bertrand tacle la proposition de Macron de supprimer la redevance télé

« Si monsieur Macron pense que 12 euros par mois [138 euros par an, NDLR] ça va faire la maille pour régler les problèmes de pouvoir d’achat, il se trompe », assène le président de la région Hauts-de-France au micro de RTL. « Vous devez aussi donner des garanties à l’audiovisuel public, c’est la garantie du pluralisme mais aussi de la culture et de la création qui resteront forte dans notre pays », estime Xavier Bertrand.

Supprimer la redevance télé, un casse-tête à plus de 3 milliards d’euros

Le sujet, serpent de mer du quinquennat d’Emmanuel Macron, a été relancé par le président-candidat, qui a déclaré lundi son intention de la supprimer. A quoi sert cette taxe, combien rapporte-t-elle et quelles sont les pistes pour la remplacer ? On vous explique.

7h55 : Le Pen appelle les électeurs de Zemmour à « se reporter sur [sa] candidature »

Sur le plateau de France 2, Marine Le Pen est questionnée au sujet du ralliement de Marion Maréchal à Eric Zemmour. Elle constate que cet évènement n’a pas eu d’effet puisque « Eric Zemmour ne cesse de descendre dans les sondages ».

« Nous pourrions être très puissants sans sa candidature et il a contribué à affaiblir le camp national, elle le fait aussi en le soutenant », déplore la candidate du Rassemblement national, qui appelle « tous ceux qui sont attachés à ce que la France puisse mettre en œuvre une politique nationale à se reporter sur [s]a candidature et ne pas attendre le second tour. »

7h49 : Bertrand raille Le Maire, qui demande aux Français de faire un effort sur leur consommation d’énergie

Mardi, le ministre de l’Economie demandait aux Français de faire un « effort sur la consommation d’énergie », dont les prix s’envolent. « Il croit que les Français l’ont attendu pour faire attention à leur consommation ? », cingle Xavier Bertrand au micro de RTL. « Les Français comptent depuis longtemps, ils n’ont pas besoin d’attendre les commentaires des ministres en exercice, ce qu’ils attendent c’est qu’on les aide pour le pouvoir d’achat », ajoute-t-il, alors que le gouvernement doit annoncer un « bouclier résiliant » à cet égard.

7h47 : Le Pen propose de « sortir du marché européen de l’électricité »

Au micro de France 2, la candidate du Rassemblement national milite pour une « politique d’indépendance et des prix bas de l’électricité ». A cet égard, Marine Le Pen propose de « enforcer notre filière nucléaire et sortir du marché européen de l’électricité, qui nous fait payer les erreurs stratégiques de l’Allemagne ». Et réitère par ailleurs sa proposition de baisser de 20% à 5,5% la TVA sur les énergies, ainsi que de « supprimer les nouvelles taxes pour la transition écologique ». 

7h44 : Pour Xavier Bertrand, « il faut maintenir l’unité à tous les niveaux » dans la guerre en Ukraine

Le conseiller territoire de Valérie Pécresse reconnaît au micro de RTL que « oui », Emmanuel Macron « joue son rôle de chef de l’Etat français, mais aussi celui de président en exercice [du conseil] de l’Union européenne. « Tout doit être fait pour maintenant les possibilités d’un cessez-le-feu, d’une évacuation de l’Ukraine, la fin de cette guerre en Ukraine », plaide Xavier Bertrand, qui plaide pour un « front commun contre les Russes ».

7h30 : Le soutien à Mélenchon fait exploser la Primaire populaire

La décision de soutenir le candidat de l’Union populaire à la présidentielle désagrège la Primaire populaire. Sa cofondatrice Mathilde Imer a annoncé son départ du collectif. D’autres soutiens actifs exigent dans une tribune de revenir sur le choix de Mélenchon. Ils pourraient eux aussi déserter.

7h05 : Macron intouchable, Mélenchon se rapproche du second tour selon les sondages 

Selon une nouvelle enquête de l’institut Cluster 17 publiée mardi, Jean-Luc Mélenchon, à 13,5% d’intentions de vote, n’est plus qu’à 1 point de Marine Le Pen et Eric Zemmour, tous deux donnés à 14,5%. Le candidat de la France insoumise devance Valérie Pécresse (13%). Devant, Emmanuel Macron continue de caracoler en tête, avec 28% d’intentions de vote. A noter que l’institut Cluster 17 utilise une méthode particulière et réalise ses sondages en fonction de 16 « clusters » idéologiques auxquels appartiennent les Français. 

Dans un sondage de l’institut Elabe, le député des Bouches-du-Rhône, donné à 13% devant Valérie Pécresse (10,5%), dépasse également Eric Zemmour (11%) et talonne Marine Le Pen (15%). Là encore, Emmanuel Macron reste très largement en tête, avec 33,5% d’intentions de vote.

7h02 : Les invités des matinales

RTL – 07H40 – Xavier Bertrand, président de la Région Hauts-de-France et soutien de Valérie Pécresse
France 2 – 7H40 – Marine Le Pen, candidate à l’élection présidentielle
Public Sénat – 08H00 – Nicolas Dupont-Aignan, candidat à l’élection présidentielle
Sud Radio – 08H15 – Renaud Muselier, président de la région Sud (Provence Alpes Côte d’Azur) et soutien d’Emmanuel Macron
France Inter – 08H20 – François Hollande, ancien Président de la République
Franceinfo – 08H30 – Alexis Corbière, député La France Insoumise de Seine-Saint-Denis et porte-parole de Jean-Luc Mélenchon
RMC/BFMTV – 08H30 – Valérie Pécresse, candidate à l’élection présidentielle
RMC – 11H30 – Sandrine Rousseau, ex-conseillère spéciale de Yannick Jadot

Les informations à retenir de la journée de mardi

  • Dans une vidéo de Mediapart, huit femmes accusent Eric Zemmour de « comportements inappropriés et d’agressions sexuelles » pour des faits présumés allant de 1999 à 2019.
  • Emmanuel Macron dévoilera son programme en fin de semaine prochaine.
  • La plupart des candidats de gauche ont défilé dans le cortège parisien à l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes. Plusieurs prétendants ont en profité pour présenter leurs propositions.
  • Sandrine Rousseau pourrait être exclue d’EELV après avoir maladroitement comparé son parti au Ku Klux Klan. L’écologiste a déjà été écartée de l’équipe de Yannick Jadot pour avoir dressé un portrait au vitriol de la campagne.
  • Jean-Luc Mélenchon n’est plus qu’à un point du second tour selon un sondage de l’institut Cluster 17. Avec 13,5% d’intentions de vote, il talonne Eric Zemmour et Marine Le Pen à 14,5%.

7h : Bienvenue dans ce direct consacré à l’actualité politique et à la campagne en vue de l’élection présidentielle de 2022.