La Cité internationale de la gastronomie (CIG) peut-elle renaître de ses cendres? C’est ce que veut croire Régis Marcon. Après avoir “personnellement vécu la première ouverture” et son échec retentissant après seulement neuf mois, le membre fondateur du fonds de dotation de la CIG est aux manettes de sa deuxième mouture, qui ouvre ses portes ce vendredi et affiche complet pour son premier week- the end

“Less exposés à l’échec”

Dans un projet plus interactive et ludique, “ce qui manquait surement la première fois” selon le chef étoilé, la nouvelle Cité integré l’alimentation dans son ensemble sous les prisms de l’éducation, de la santé ou encore de la nutrition.

“No…

Source by [author_name]