Alors que les pouvoirs publics want to strengthen the digital protection of the general public, a new study by Clusif (Club de la Sécurité de l’Information Français) gives a good overview of the path quil reste à faire et dece qui a déjà été fait en matière de sensitization. Tous les deux ans, cette association de professionnels de la sécurité informatique se penche en effet sur les pratiques de sécurité des internetnautes français à travers un pollage par questionnaire, une récurrence qui permet de cerner des tendances.

Mitigés results

Mais le bilan des résultats de l’édition 2022 de cette étude, baptisée Mips, et longue de 38 pages, est doux-amer. L’association salue ainsi une “maturité croissante des internautes, qui se traduit par une plus forte sensibilité et une utilization accrued de certains moyens de protection”. However, she worries in the same temps “about a drop in vigilance”.

Côté bonnes nouvelles, le Clusif se felicite de pratiques de securisation qui resten “à un niveau élevé”. Interrogés sur les moyens de protection employés, les internautes sont par exemple nowreis nombreux à utiliser une authentication forte ou à cipherrer leurs données. Likewise, internet users remain vigilant on their downloads or on the consultation of suspicious web sites. Ils sont aussi plus nombreux à changer frequently de mots passe et à avoir des mots passe dédiés à différences accesses.

Baisse des exigences pour payer en ligne

Dans le même temps, si les internautes semblent mieux sensibilisés, ils baissent aussi la garde sur certains points, la prouve qu’il reste du travail à faire. Ainsi, en matière de risque lié à sa vie privée: la part des internautes, certes toujours minoritaires, qui estiment le risque faible, est en augmentation. De même, interrogés sur le risque pour les données, seuls 49% des internetutes jugent qu’il est important, contre 53% en 2020. Enfin, les internautes sont nouvelles moins considerants sur les conditions requisées pour payer en ligne, la part de ceux limitant leurs achats à un site apparently sécurisé passant de 83% à 54%.

In termes de hérarchie des menaces, les internautes interrogés s’inquiètent d’abord d’une infection par un virus, une constante depuis l’édition 2018 de l’étude, et d’une escroquerie à la carte bancaire ou d’un hameçonnage par SMS ou par messagerie, two menaces émergentes now en haut de la list des priorités. Les internautes citent d’abord comme comportements à risques l’absence d’antivirus sur un ordinateur, l’utilisation d’un mot de passe identique et la divulgation de ses coordinantes sur des sites internet.

Source by [author_name]