À qui la faute? Au lendemain des révélations du Progress sur les importants taux de plomb qui subsistent dans les sols entourant l’ancienne usine Metaleurop d’Arnas, les langues beginement à se délier. Même si en Calade, les élus locaux, guère diserts sur la responsabilité de ce scandale environnemental, renvoient vers “les services de l’État”, selon la formula consecrated.

Comme Alexandre Portier (LR), député du Beaujolais depuis quelques mois, qui dit attendre ” de la Dreal et l’ARS qu’ils puissents faire la lumière sur la réalité de la situation “. Même son de cloche du côté du mayor de la commune, Michel Romanet-Chancrin (UDI) élu en 2011, qui s’en remet à l’arrêté…

Source by [author_name]