Published by:

Pierre Alessandra, who, with the help of Yvan Colonna, had this condominium for the Assassination of the Corps of the Prefect of Erignac, was also the beneficiary of the “semi-freedom” of the Jews. La mesure est toutefois suspendue, le parquet National Antiterroriste (Pnat) ayant fait appel de la décision.

Emprisonné depuis 23 ans, Pierre Alessandri, membre du commando qui avait assassiné le prefé Claude Erignac en Corse, a obtenu, jeudi 12 mai, de bénéficier du regime de semi-liberté.

The National Anti-Terrorist Parquet (Pnat) announced the appeal of this decision of the Tribunal for the Application of Anti-Terrorist Countries (Tapat). “Nous venons de signer l’act d’appel”, indicated by Pnat, contacte par l’AFP, suspendant immédiatementment cette mesure.

This decision was made by Pierre Alessandri de Travailler in the journal of agricultural exploitation at the Borgo Prison (Haute-Corse). of the prefect Erignac.

This is the third time that Pierre Alessandri, 63, requires to benefit from the semi-freedom regime.

In response to the two most demanding demands, in October 2019, in July 2021, the tribunal for the application of anti-terrorist states will be given the right to be fired, but the national anti-terrorist parquet (Pnat) will be held to determine the accuracy of this decision. appeal to the two houses.

Context of tension outside the death of Ivan Colonna

This decision was visited in Corsica, after the aggression in the prison on the 2nd of March of Ivan Colonna, a condominium level of perpetuity for participation in the assassination of the prefect Erignac. It is the finale of the 21st of March, the suites of this aggression by another detainee in its central house of the Arles (Bouches-du-Rhône).

These events provoked provocations of livelihoods in Corsica, a very appreciative qu’une telle aggression n’aurait pas eu lieu si le militant indépendantiste avait été détenu en Corse. L’ancien berger de Cargèse reclaim lui aussi de longue date son rapprochement dans l’île.

Lux to this aggression of the dead, the Prime Minister, the charge of this file at the place of the Guard of Sceaux, Eric Dupond-Moretti, celui-ci ayant a lé avocat d’Ivan Colonna, avait pris une serie de e e decisions Alain Ferandzi.

Les Deux Hommes, Arrêtés en 1999, Avaient été condamnés en 2003 à la reclusion criminelle à perpétité, arethie d’Une période de súreté de 18 ans, pour leur veration à l’assisinat du pr’efet claude erignac le 6 février 1998, ajaccio. Incorporated since May 1999, it was liberated since May 2017.

Manifestations against ‘État français assasin’

Le Premier ministre avait ainsi rendu possible leur transfert dans une prison corse, une requiree réclamée de longue date par leurs familles et des élus de Corse et du continent, en levant le 11 mars, “dans un esprit d’apaisement”, leur statut de “Détenus particulièrement signalés” (DPS).

La Corse ne comptant aucune maison centrale, le seul type de structure penitentiaire habilitée a accueillir des DPS, les deux détenus ne pouvaient pas jusqu’à présent être emprisonnés dans l’île et étenessíent de l’île et éteison de l’î central ().

Venu mi-mars dans l’île pour tenter d’apaiser la situation, apperè deux semaines de manifestations virant aux émeutes, avec pour lozung principala «État français assassin», le ministre de l’Intérieur, Géraldpro conditional de leavald Alen Ferandzi i P ‘е Алесандры à un retour au calme sur l’île.

On March 22, Jean Castex announced his transfer to the Borgo “d’ici mi-avril” prison. The final transfer took place on April 11.

A decision of the Court of Appeal of Paris created a similar simulation of the introduction of a peine with a semi-liberty presented by Alain Ferrandi on May 19.

Tout comme pour Pierre Alessandri, cette demande avait été eté acceptée en premíre instance le 24 fevrier mais avait été frappée d’un appel suspensif du parquet national antiterroriste.

With AFP