The government wants to register immigrants threatened with expulsion in the file of persons sought, said Gérald Darmanin on Wednesday in Monde, detailing the main measures of his future immigration law, which aims to improve these procedures and facilitate the insertion of workers. foreigners.

This new draft law, planned for the first semester of 2023, must introduce a series of measures to make the “obligations to quit the French territory” (OQTF) more effective, a subject that occupies the public debate since the murder of a young woman de 12 ans, Lola, tuée mi-octobre par une ressortissante algérienne sous le coup d’une OQTF.

“Nous allons nouvelles inscrire toutes les OQTF au fichier des personnes recherchées, le FPR. Il ne s’agit pas de rétabliser le delit de séjour irrégulier mais de pouvoir constarer que la personne repart (…) et ainsi de compter tous les départs d’étrangers”, explained au quotidien the minister of the Intérieur, which le gouvernement est critiqué, notably à l’extrême droite, pour le faible taux d’écution de ces mesures.

“Être méchant avec les méchants”

“D’abord, il ya près de 50% des OQTF qui font l’objet de recourse qui les suspendent”, a défendu le ministre, réaffirmant vouloir “fortement simplifier les procédures” en passant “de douze à quatre categories de recourses” possibles . Le ministre de l’Intérieur veut aussi mettre fin aux “réserves d’ordre public” qui “empêchent d’éloigne des personnes arrivés avant 13 ans” en France. “Si je devais réssumper, je dirais qu’on doit nowreis être méchants avec les méchants et gentils avec les gentils,” he continued.

Dans le framework du projet de loi, qui doit être précédé d’un débat parlementaire, le gouvernement va rechercher cet “équilibre” en facilitant l’insertion professionnelle des travailleurs immigrés, a indicé le minister du Travail Olivier Dussopt, dans le même entretien.

Le travail comme “factor d’intégration”

“Et il ya des progrès à faire puisque’au premier semestre, lorsque le taux de chômage était à 7.5%, celui des travailleurs immigrés était à 13%.” Il faut que le travail redevienne un facteur d’intégration et d’émancipation”, he declared.

Olivier Dusopt veut par exemple mettre fin – sous conditions – au délai de carence qui empêche les demandeurs d’asile de travailler pending leurs six premiers mois en France. Le ministre du Travail plaide également pour la création d’un titre de séjour “métier en tension”, pour recruter dans les sectors qui peinent à trouver de la main d’oeuvre. « Les organizationnelles professionnelles nous disent qu’elles ont besoin qu’on facilite le recrutement d’étrangers. Nous leur proposons des solutions avec ce projet de loi”, he added.