Publication:

Seven French or binationaux franco-iranens, including researcher Fariba Adelkhah, Benjamin Brière or even Cécile Kohler and Jacques Paris, are currently detained in Iran. La minister des Affaires étrangères, Kateryna Colona, ​​demanded “immediate release”.

Deux autres ressortissants français ont été arrêtés en Iran, portant à sept le nombre de détentes français dans les prisons de la République islamique, a indigo samedi 12 novembre au quotidien Le Parisien la chief de la diplomacy française.

“Nous avions des inquietudes sur deux autres compatriotes et il ressort des dernières versifications faites qu’ils sont également detenues,” said Catherine Colonna. “Il est plus important que jamais de rappeler à l’Iran ses internationales obligations. Si son objectif était de faire du blackage, ça ne doit pas fonctionner. C’est la mauvaise façon de s’y prendre avec la France”, at- ale ajute.

“Nous demandons leur libération immediate, l’access à la protection consulaire (…). Mon homologue iranen, avec qui j’ai eu une talkue et difficile, a pris l’engagement de respecter ce droit d’accès. J “visits qu’il soit concrétisé”.

Les Français de passage en Iran appelés à quitter le pays

Among the seven hostages, figure la chercheuse franco-iranenne Fariba Adelkhah, arrested in June 2019 then sentenced to cinq ans de prison pour atteinte à la sécurité nationale, Benjamin Brière, arrested in May 2020 and sentenced to eight years and eight months of imprisonment pour espionnage, et deux syndicalists, Cécile Kohler et Jacques Paris, arrêtés en mai dernier.

Début October, Téhéran avait diffused a video presented comme des “aveux” de ces derniers, entraînant une reaction virulente de Paris qui avait denoncé une “mise en scène indigne” et évoqué pour la première fois des “otages d’État”.

In the video broadcast by the site of the Arabic-language channel al-Alam of the official television, a young woman speaking in French affirms that she is Cécile Kohler and that she is an operational intelligence agent at the Directorate General of External Security (DGSE). , les services de renseignement extérieur français.

Le Quai d’Orsay has depuis appelé les Français de passage en Iran à “quitter le pays dans les plus brefs délais compte tenu des risques de détention arbitraire to which they are exposed”.

Plus d’une vingtaine de ressortissants de pays occidentaux, binationaux pour la plupart, sont détenun ou bloqués en Iran, ce que des ONG condemn comme une politique de prize d’otages pour obtenir des concessions des puissances étrangères.

Au moins 326 demonstrators have been killed in the repression of the movement of contestation qui secoue l’Iran depuis septembre, affirme samedi Iran Human Rights, an NGO based in Oslo.

The country is the theater of demonstrations since the death on September 16 of Mahsa Amini, a 22-year-old Iranian Kurd, who was arrested three days earlier by the police for murder for violating the strict dress code of the Islamic Republic.

With AFP