10h27 : Macron, en visio devant la FNSEA, annonce un « chèque alimentaire »

Le chef de l’Etat succède, en visio,  à Fabien Roussel devant les agriculteurs de la FNSEA réunis à Besançon. Emmanuel Macron évoque une « indépendance alimentaire de la France qui est non négociable, au moment où des pays comme la Russie se servent du blé comme d’une arme » et promet ainsi que « nous allons continuer à investir pour produire nos propres engrais ». « Le prochain quinquennat doit redonner toute sa valeur à l’alimentation », ajoute-t-il, en annonçant la mise en place d’un « Chèque alimentaire ».

10h18 : « Arrêtons de nous tirer une balle dans le blé », le drôle de lapsus de Roussel

A Besançon devant la FNSEA, le candidat du Parti communiste « condamne » l’attaque d’un train de céréales dans le Morbihan le 20 mars par des militants opposés à l’agriculture intensive, notamment Extinction Rebellion. « Arrêtons ces pratiques, arrêtons de nous tirer une balle dans le blé », plaide, dans un drôle de lapsus, Fabien Roussel.

10h12 : Mélenchon grapille des points à Macron dans un hypothétique face-à-face au second tour

Selon le Rolling quotidien Ifop-Fiducial pour Paris Match, LCI et Sud Radio, Jean-Luc Mélenchon réaliserait le score de 41,5% au second tour dans un éventuel face-à-face avec Emmanuel Macron. Le candidat de La France insoumise progresse, alors que l’institut le créditait de 35% dans ce même duel deux semaines plus tôt. Mais le député des Bouches-du-Rhône reste pour l’instant derrière Marine Le Pen au premier tour.

9h46 : Roussel veut installer 20 000 à 25 000 agriculteurs par an

Le candidat du Parti communiste est le premier à défiler au grand oral devant la FNSEA à Besançon. Fabien Roussel y dit d’abord son « honneur d’être le seul candidat de gauche », à se présenter sur scène. Pour le député du Nord, il faut se fixer l’objectif d’avoir au moins 500 000 agriculteurs en 2030. « Cela suppose d’installer 20 à 25 000 agriculteurs par an », calcule-t-il.

« Il faut produire français, il faut défendre son élevage, plaide-t-il également. Ceux qui disent qu’il faut manger moins de viande, je les entends. Mais il faut en manger de la bonne et de la Française. » Fabien Roussel termine son intervention en appelant de ses vœux une intervention de l’État pour limiter les prix.

9h43 : « Je fais la campagne et après je cherche un boulot », confesse Poutou

Sur le plateau de LCI, le candidat du Nouveau parti anticapitaliste répond à ceux qui se demandent ce qu’il a fait depuis sa dernière candidature infructueuse en 2017. « J’étais ouvrier à l’usine Ford qui a fermé : on était 900 à être licenciés », rappelle le conseiller municipal de Bordeaux, désormais inscrit à Pôle emploi. « Je fais la campagne et après je cherche un boulot », confesse-t-il.

9h30 : Dupont-Aignan reconnaît des « points communs » avec Zemmour et Le Pen

Le candidat de Debout la France est questionné par une auditrice de Franceinfo sur son positionnement par rapport à Eric Zemmour et Marine Le Pen. « Je suis différent, sinon je ne serai pas candidat, assure Nicolas Dupont-Aignan. […] Je partage avec eux le patriotisme et l’indépendance de la nation, bien sûr il y a des points communs, personne ne va les nier. En revanche, il y a une différence de parcours et de visions de la société. »

9h25 : Christiane Lambert introduit le grand oral des candidats à la FNSEA

La présidente de la FNSEA et du Conseil de l’agriculture française est la première à s’avancer sur la scène bisontine, sur laquelle se succèderont cinq candidats  : Fabien Roussel, Eric Zemmour, Marine Le Pen, Valérie Pécresse et Jean Lassalle. Le président sortant, Emmanuel Macron devait dans un premier temps prendre la parole mais a dû annuler en dernière minute. Il participera par le biais d’une vidéo. Suivez en direct le congrès de la FNSEA à Besançon sur le site de L’Est Républicain.

9h12 : « Les sondages fabriquent l’élection avant qu’elle n’ait lieu », accuse Poutou

Au micro de LCI, Philippe Poutou est invité à réagir aux prédictions des sondages, qui anticipent depuis des mois un second tour entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen. « Le problème des sondages, c’est que, quelque part, ils fabriquent l’élection avant qu’elle n’ait lieu, estime le candidat du Nouveau parti anticapitaliste. Pour nous ce n’est pas une bonne nouvelle : c’est comme si l’élection était faite et elle va être mal faite. On essaye quand même d’être présents pour dire autre chose. […] Il y a un gros sentiment d’impuissance. »

9h04 : « Tout est fait pour faire réélire Emmanuel Macron », maintient Dupont-Aignan

Comme la veille sur RTL, Nicolas Dupont-Aignan dénonce sur Franceinfo que « tout est fait pour faire réélire Emmanuel Macron ». « Le système des parrainages : totalement injuste », répète le candidat de Debout la France. « L’équité du temps de parole, avant 2016, c’était cinq semaines d’égalité, maintenant c’est deux semaines, donc c’est vicié, ajoute-t-il. Les moyens financiers : totalement inégalitaires. Et puis surtout, le président de la République ne veut pas débattre. […] Tout est fait pour étouffer la campagne. »

Ce contenu est bloqué car vous n’avez pas accepté les traceurs.

En cliquant sur « J’accepte », les traceurs seront déposés et vous pourrez visualiser les contenus .

En cliquant sur « J’accepte tous les traceurs », vous autorisez des dépôts de traceurs pour le stockage de vos données sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Vous gardez la possibilité de retirer votre consentement à tout moment.
Gérer mes choix



8h59 : Mélenchon favorable à l’interdiction de la chasse pendant les weekends et les vacances scolaires

« Il faut procéder d’une manière rationnelle, parce que c’est ancré dans la profondeur de l’histoire de France, plaide Jean-Luc Mélenchon au micro de France Inter. Mais je ne suis pas chasseur et je ne recommande pas de l’être. Et il y a des formes de chasse que je trouve particulièrement cruelles, dites traditionnelles. Après il y a les conflits d’usage : je suis pour qu’on arrête de chasser pendant les weekends et les vacances scolaires parce qu’il y a du monde partout. »

8h51 : « On ne vient pas en France comme au McDo, comme on est », martèle Zemmour

Sur le plateau de BFM TV/RMC, Eric Zemmour défend à nouveau sa vision de « l’assimilation ». « La France n’est pas une terre vierge, elle a une culture, elle est une civilisation européenne qui repose sur le christianisme et les valeurs gréco-romaines, on ne vient pas en France comme au McDo, pas comme on est », assène le candidat. « On doit s’assimiler, c’est à dire s’approprier la culture française », ajoute-t-il.

8h42 : Zemmour « ne pense pas » que les Français lui fassent « payer » sa lecture sur les intentions de Poutine

Au début des bombardements russes en Ukraine, des extraits dans lesquels Eric Zemmour prenait le « pari » que Vladimir Poutine n’envahirait pas son voisin avait endommagé la campagne du candidat. « Je ne pense pas avoir eu une mauvaise lecture sur Vladimir Poutine, je me suis trompé sur une seule chose, je ne croyais pas qu’il allait attaquer », redit-il à sur BFM TV/RMC. « Je ne pense pas que les gens me fassent payer cela », veut croire le polémiste, alors que les sondages sont de moins en moins optimistes.

8h35 : « La campagne est venue sur des terrains essentiels », estime Mélenchon

Le candidat de La France insoumise se réjouit des thématiques abordées dans cette campagne. « La question de l’hôpital public, donc des services publics d’une manière générale, qui était restée une question abstraite, est devenue très poignante après la crise du Covid, justifie-t-il sur France Inter. Ensuite il y a eu la question de la guerre et de la paix. » Pour Jean-Luc Mélenchon, « la campagne est venue sur des terrains essentiels ». « Je ne vois pas où il y a eu bruit et fureur à part ceux qui ont pris goût à insulter les autres », tacle-t-il.

8h31 : « Ce quinquennat aura été un quinquennat livré aux lobby », dénonce Jadot

Après avoir étrillé le gouvernement qui refuse d’imposer à Total le retrait de Russie, le candidat écologiste qualifie l’affaire McKinsey de « scandale d’Etat ». « C’est un scandale d’Etat à partir du moment où vous mettez un milliard d’euros pur mettre des cabinets consultants au cœur des politiques publiques », argumente Yannick Jadot au micro de CNews.

L’eurodéputé juge également « incroyable » l’interview de Willy Schraen, président de la Fédération nationale des chasseurs, qui annonce dans le Parisien les mesures d’Emmanuel Macron sur la chasse, ainsi que son soutien au chef de l’Etat dès le premier tour.

8h24 : Olivier Faure ne craint pas qu’une hausse des salaires entraînent des délocalisations

Sur le plateau de Public Sénat, le premier secrétaire du Parti socialiste rappelle la proposition d’Anne Hidalgo d’augmenter « le SMIC d’entrée de jeu de 15% » et d’organiser « une conférence salariale pour augmenter l’ensemble des salaires ».

Olivier Faure ne craint pas que cela entraine des délocalisations et prônent au contraire des relocalisations. « Je crois que les entreprises comprennent que quand on délocalise des pays qui ne sont pas des démocraties et qu’il y a un conflit, il y a de l’argent à perdre », indique-t-il.

8h02 : Pour Bruno Retailleau, « la France est vulnérable » et a « perdu sa souveraineté financière »

Si la question de la dette s’est effacée dans cette campagne, Bruno Retailleau affirme au micro de France 2 qu’elle « va revenir très vite ». Selon le chef des sénateurs Républicains, Emmanuel Macron est « le président de l’argent magique ». « Il a distribué cet argent, semé à tous les vents, et désormais, la France est vulnérable, tacle-t-il. Nous avons perdu notre souveraineté financière puisque l’inflation va faire monter les taux d’intérêts, et c’est une bombe à retardement. C’est un poison, le quoi qu’il en coûte. »

7h55 : Bruno Retaille estime que, pour Nicolas Sarkozy, « la logique, c’est de soutenir notre candidate »

Le chef des sénateurs Républicains réagit sur le plateau de France 2 à l’absence de soutien de Nicolas Sarkozy à Valérie Pécresse, qui fut ministre durant son quinquennat. « La logique, puisqu’il était un membre éminent de notre famille politique, président de la République, c’est de soutenir notre candidate », estime Bruno Retailleau.

7h49 : « Oui, la police tue », réaffirme Poutou

Samedi à Sevran, un homme âgé d’une trentaine d’années, au volant d’une camionnette volée, a été tué par le tir d’un policier. « La police tue, réaffirme Phillipe Poutou au micro de RTL. À Sevran la police a encore tué un automobiliste. »

Selon le candidat du Nouveau parti anticapitaliste, « la répression policière est un choix politique, dans les mobilisations par exemple ». « On est bien sûr pour que la police défendent les femmes victimes de violences mais on dénonce le rôle de contrôle social de la police », ajoute-t-il.

7h43 : « La réduction de 18 centimes du prix de l’essence, c’est que dalle ! », dénonce Poutou

Au micro de RTL, le candidat du Nouveau parti anticapitaliste fustige la remise de 18 centimes au litre de carburant mise en place au 1er avril par le gouvernement pour lutter contre la hausse des prix. « La réduction de 18 centimes du prix de l’essence, c’est que dalle ! », dénonce-t-il. « Il faut bloquer les prix, plaide Philippe Poutou. C’est ce genre de choses que disaient les Gilets jaunes. »

7h30 : Suivez notre « Face aux électeurs » avec Jean-Luc Mélenchon ce mercredi

Tous les regards sont braqués sur lui à gauche. À l’Élysée, chez les écologistes comme chez les socialistes et les communistes. Et si Jean-Luc Mélenchon parvenait à se qualifier pour le deuxième tour de la présidentielle le 10 avril prochain au détriment de Marine Le Pen, Eric Zemmour ou Valérie Pécresse ? Ce mercredi à 19 heures, le nouveau « Face aux électeurs » du groupe Ebra recevra le candidat de la France insoumise. Il répondra aux questions de six citoyens de l’est de la France.

7h02 : Les candidats à Besançon pour parler agriculture avec la FNSEA

Emmanuel Macron, Marine Le Pen, Eric Zemmour, Valérie Pécresse, Fabien Roussel et Jean Lassalle… Ces six candidats à la présidentielle ont confirmé leur présence au grand oral agricole, organisé ce mercredi à Besançon en clôture du congrès national de la Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles (FNSEA). Sauf changement d’agenda, ils devraient être présents pour parler de leur programme en matière d’agriculture.

A la veille de ce rendez-vous, la FNSEA a dévoilé dans un sondage de l’Ifop* les intentions de vote des agriculteurs au premier tour. Comme pour les sondages en population générale, Emmanuel Macron se place très largement en tête (30%), suivi par la LR Valérie Pécresse (13%) et Eric Zemmour (12%). Avec 11% des intentions de vote, Marine Le Pen est loin du second tour. Tout comme Jean-Luc Mélenchon (9%), Jean Lassalle (8%), Yannick Jadot (7%) ou Nicolas Dupont-Aignan (3%). En queue de peloton, on retrouve à égalité Philippe Poutou, Fabien Roussel et Anne Hidalgo (1%).

Quant au second tour, le sondage donne Emmanuel Macron gagnant dans les trois scénarios envisagés : 65% contre un score de 35% pour Valérie Pécresse, 70% contre 30% pour Marine Le Pen, 74% contre 26% pour Eric Zemmour.

Selon ce sondage, les trois principales préoccupations sur lesquelles les agriculteurs attendent des réponses sont les conditions d’une meilleure rémunération, l’allègement des contraintes qui impactent la compétitivité de l’agriculture et l’accessibilité pour tous au manger français.

*Enquête Rolling Ifop – Fiducial pour la FNSEA, réalisée du 17 au 21 mars 2022 auprès de 1 500 agriculteurs représentatifs des exploitations agricoles françaises du 24 février au 14 mars 2022.

Les invités des matinales

  • A 7h40 sur RTL : Philippe Poutou, candidat du Nouveau parti anticapitaliste
  • De 8h13 à 9 heures sur Europe 1 : Bruno Le Maire, ministre de l’Économie
  • A 8h15 sur Sud Radio : Nathalie Arthaud, candidate Lutte Ouvrière
  • A 8h15 sur CNews : Yannick Jadot, candidat écologiste
  • A 8h20 sur France Inter : Jean-Luc Mélenchon, candidat de l’Union populaire
  • A 8h30 sur France info : Nicolas Dupont-Aignan, candidat de Debout la France
  • A 8h30 sur RMC/BFMTV : Eric Zemmour, candidat Reconquête !

7h01 : Ce qu’il faut retenir du « Face aux électeurs » avec Anne Hidalgo

La candidate socialiste a participé ce mardi au nouveau rendez-vous politique initié par votre journal et l’ensemble des titres du groupe EBRA. Elle a répondu aux questions de nos panélistes. Retrouvez ses principales déclarations et l’intégralité de cet échange dans notre article.

Et ce mercredi soir, c’est Jean-Luc Mélenchon qui se prêtera à l’exercice. Vous pourrez suivre ce « Face aux électeurs » à partir de 19 heures sur notre site.

Ce qu’il faut retenir de la journée de mardi

  • La candidate socialiste Anne Hidalgo a participé à notre rendez-vous politique « Face aux électeurs ». L’essentiel à retenir, c’est dans cet article. Les moments forts, c’est ici.
  • Nathalie Arthaud, Jean Lassalle, Jean-Luc Mélenchon, Marine Le Pen… les candidats ont commencé à publier leur clip de campagne ce mardi.
  • Privée de terrain depuis cinq jours à cause du Covid, Valérie Pécresse s’est rendue mardi dans les Hauts-de-France, à la rencontre de chefs d’entreprise, en région lilloise.
  • En visite à Sevran (Seine-Saint-Denis), ville marquée par des violences urbaines, Eric Zemmour a quant à lui dû se défendre de toute récupération politicienne.
  • Le président de la Fédération nationale des chasseurs, Willy Schraen, soutient Emmanuel Macron pour sa réélection.
  • Jean-Luc Mélenchon est à deux points du second tour, selon un sondage de l’institut Cluster 17, à 15% d’intentions de vote, derrière Marine Le Pen (17%) et Emmanuel Macron (27%).

7 heures : Bienvenue dans ce direct consacré à l’actualité politique et à la campagne en vue de l’élection présidentielle de 2022. Retrouvez tout ce qu’il s’est passé ce mardi matin dans notre article.