Publication:

Un ancien parlementaire brésilien et soutien à Jair Bolsonaro, Roberto Jefferson, a blessé deux policiers, dimanche, alors que ces derniers tentaient de l’interpeler. À moins d’une semaine du second round de l’élection présidentielle, le chef de l’État outgoing, candidat pour un nouveau mandat, a rapidement condamné les faits.

An ancien député bésilien, soutien du president outgoing d’extrême droite Jair Bolsonaro, sous le coup d’une peine de prison pronounced by the Supreme Court (STF) a lanzé des grenades pour impêcher son interpellation et ainsi blessé at least two policemen, ont anouncement dimanche 24 October les autorités. Il est actué d’avoir enfreint les conditions de son assignment à résidence, après avoir attacé sur les réseaus sociaux une magistrate de la plus haute jurisdiction.

At the moment of the arrest, in the city of Levy Gasparian, in the State of Rio de Janeiro, Roberto Jefferson “reacted” and two police officers “were wounded by the fragments of a grenade that he threw”. Federal Police (PF) confirmation. Les deux personnes touchés ont reçu des soins médicaux et sont en bonne santé, added the PF, which reinforced the police presence on the premises.

Roberto Jefferson opposed a resistance using “arms of fire and explosives”, but finally he was arrested in the evening “after an intense negotiation”, and also specified the PF, adding that he would be the object of une enquête pour tentative d’homicide.

Roberto Jefferson participated in a pro-gun demonstration in Brazil in 2020. © Adriano Machado, Reuters

Jair Bolsonaro distanced himself from the ex-parliamentary, tweeting: “Toute personne qui fire sur un policier doit être treatée comme un bandit. J’prime ma solidarité avec les policiers blessé dans cet épisode”. The outgoing president also insisted on the fact that he had no relationship with Roberto Jefferson, who said in 2020 that the president was his “ami intime”.


The leader did not even appear on photos alongside the ex-deputy, but several media outlets showed images of the two ensembles when the former army captain came to power in 2019.

Critique des enquêtes judiciaires

Le chef d’État avait avait condemnado “l’action armée” de Roberto Jefferson, qui s’est reclus pendant huit heures à son domicile et a confirmé dans une video qu’il avait fait usage d’armes, mais apparently sans intention de blesser les members des forces de l’ordre.

Jair Bolsonaro toutefois also criticized the judicial investigations against the ex-deputy who, in his opinion, are being conducted “without any constitutional motive nor any prosecution”. Il a par ailleurs dépêché son minister de la Justice sur place.

The Magistrate of the STF Alexandre de Moraes avait ordered the return to prison of Roberto Jefferson en s’apistante sur plusieurs manquements aux conditions de son assignment à domicile. Roberto Jefferson avait recently treated la membre du STF, Carmen Lúcia, de “sorcière” et de “prostitute”.

This incident was preserved after the second round of the presidential elections, the dimanche-prochain, or Jair Bolsonaro, the opponent of l’ex-president Luis Inácio Lula da Silva (2003-2010), de Silva’s favorite.

“Les offenses committed à l’encontre de Carmen Lúcia ne peuvent être acceptés par quiconcant la démocratie. On créé dans la société une forme de violence. Une machine à detruire les valeurs démocratiques. Cela genere des behaviors comme celui que nous avons vu aujourd’hui”, wrote Lulu on Twitterexprimant aussi sa solidarity avec les blessés

from the AFP

Source by [author_name]