C’est une “rumeur persistente”, pour reprendre les mots du député de la quatrième circonscription de la Loire, Dino Cinieri. Ce dernier pourrait bien, dans les semaines qui viennent, remettre son mandate, qu’il détient depuis vingt ans, en jeu si Emmanuel Macron se décidait à dissoudre l’Assemblée nationale.

Une majorité relative qui pose problème

Depuis les élections égislatives de juin, le gouvernement ne dispose que d’une majority relative au Palais Bourbon, ce qui l’oblige à l’article 49-3 de la Constitution pour faire accepter certains textes, comme le budget. Le président de la République laisse donc planer la menace d’une dissolution qui engendrerait la tenue de nouvelles élections Législatives dans un délai compris entre vingt et quarante jours.

Pour Shannon Seban,…