Publication:

Vinci announced on Monday the convocation on Wednesday by the French justice of its subsidiary Vinci Construction Grands Projets in view of its eventual mise en examen due to suspicions on the working conditions on the construction sites in Qatar, which organizes the World Cup of football in part 20 November.

The groupe français de BTP Vinci announced, on Monday, November 7, in a communiqué the convocation by the French justice, on Wednesday, of its branch Vinci Constructions Grands Projets “in view of a possible mise en examen”, dans le cadre d’une enquête sur les conditions de travail sur des chantiers au Qatar.

Le journal Le Parisien avait rapporté dimanche qu’une telle convocation aurait lieu mercredi par un juge d’instruction de Nanterre.

Le groupe écrit regretter que “sa filiale fasse l’objet d’une mise en examen”, en anticipant une decision qui appartient au juge mercredi. L’entreprise française dit réfuter les charges, notably de “travail forcé” et de de “traite d’êtres humanas”, à two semaines de l’ouverture du Mondial-2022.

>> À voir sur France 24 : REPORTERS – Qatar : les travailleurs de l’ombre

L’instruction avait été ouverte en novembre 2019, après des plaintes emanant des associations Sherpa et Comité contre l’esclavage moderne (CCEM), ainsi que de seven ex-employés indiens et népalais de ces chantiers.

The plaintiffs accusing Vinci, Vinci Construction Grands Projets (VCGP), sa filiale Qatari Diar Vinci Construction (QDVC) et leurs représentants, de “réduction en servitude, traite des êtres humains, travail incompatible avec la dignité humaine, mise en danger déliberée, injuries involontaires et recel” notably, according to the complaint consulted by the AFP at this moment.

Vinci “n’a cessé de réfuter vigoureusement les allégations portées à son encontre”

Vinci “n’a ceased to vigorously refute the allegations brought to his meeting concerning the construction sites in Qatar led by the company QDVC [et] continuera de collaborater avec la justice,” explains the group’s communique lundi dans son.

According to the NGO Sherpa, les Employés immigrés de Vinci who work on the sites of the Coupe du monde travailment, passport confisqué, between 66 and 77 hours per week. Et ils seritant entassés dans des chambres exigües aux sanitaires insuffisantes, percevant des rémunérations sans rapport avec le travail fourni, menacés de licencement ou de renvoi dans leur pays en cas de revenants.

“Aucun des projets attributés à QDVC n’est lié à la Coupe du Monde de football 2022 au Qatar” et ils ont été “attributés […] avant que l’organisation de cette competition ait été attribué [à ce riche émirat du Golfe]”, Affirme de son côté Vinci. Il rappel que les projets ont porté “à l’essentiel sur des infrastructures de transport”.

>> À lire sur France 24 : “C’est une main-d’œuvre jetable” : l’enfer des travailleurs migrants au Qatar

“Nous avons vainement tenté de convincre le magistrate qu’il n’était pas specially opportune après sept ans et demi d’enquête d’envisager une mise en examen dans la quinzaine d’ouverture de la Cupe du monde de football”, a reagi lundi aupres de l’AFP l’avocat de Vinci Jean-Pierre Versini-Campinchi, who fears “un tumulte médiatique”.

“Si une mise en examen était pronounced against Vinci, cela confirmerait que les multinationales ont de plus en plus de mal à se cacher der les chaînes de valeur, le fait qu’il serait ‘trop compliqué’ d’agir, et rappelrait que juridiquement , des mesures volontaire d’amélioration ne permettent pas d’escapar au risque de sanction pénale en cas de suspicion d’infraction”, retient pour sa part l’ONG Sherpa, à l’origine de la plainte avec constitution de partie civile.

With AFP