A quelques jours seulement des élections américaines de mi-mandate, la campagne bat son plein sur les réseaux sociaux. Mais la désinformation n’est pas non plus en reste, y compris sur TikTok. En dépit des règles established par le giant chinois, des analysts craignent l’influence que potrouint avoir les intox partagees sur la plateforme prisée des jeunes.

Des videos, évoquant sans aucun foundation l’existence de fraude electorale ou de vols de bulletins postaux, ont notably trouvé refuge sur le réseau. And, peut-être de manière encore more inquiétante, TikTok approved on its platform des publicités politiques payantes contenant de la désinformation, alors même que l’entreprise avait affirmed interdire en 2019 une telle pratique.

Proies faciles

This is what montre une experiment realized by researchers from the NGO Global Witness and the University of New York. Ces derniers ont réalisé des publications trompeuses, comme une video où l’on entend « Les hackers peuvent facilement changer les résultats de l’élection ! Pas la peine d’aller voter! “. Result: more than 90% of publications are authorized on the site.

TikTok’s lack of moderation could have important repercussions on Tuesday’s election, given the role of social networks in the American presidential election. More than eight million young Americans active on the platform will be able to vote for the first time on November 8. And, according to a survey of the Pew Research Center, plus a quarter of Americans between 18 and 29 years consult TikTok today to get informed.

Les “utilisers, et en particulier les jeunes, plus impressionnables” finiront par interagir avec des publications potentiellement polarisantes ou problématices, s’inquiète Matt Navarra, un consultant-expert en réseaus sociaux. And if the parent company of TikTok, ByteDance, has measures to limit conspiracy theories on the social network, “this does not mean that these cells are respected,” explains Jon Lloyd, a Global Witness adviser.

Pas de context ni de source

D’autres countries ont aupuravan fait état de problèmes similaires avec le réseau, notably durant l’élection présidentielle aux Philippines, ainsi qu’en Allemagne où de fake comptes parlementaires avaient été créés, et au Kenya, où la propagande politique prospère. Dans un communiqué, un porte-parole de ByteDance assures prendre ses responsabilites “avec le plus grand sérieux”. “Nous continuons d’investir dans notre règlement, notre sûreté, et nos équipes de sécurité pour contrer la désinformation électorale,” he continued.

But the analysts do not express aucun réel optimism quant à une amélioration à l’avenir: “Que Facebook passe pour un bon élève en comparaison sur ces questions, paraît incroyable,” emphasizes Steven Brill, president of NewsGuard, a site that evaluates the sources of ‘information about conservation functions. According to Matt Navarra, the “très rapide et très simpliste” format of TikTok videos makes the creation and diffusion of content accessible to all users.

As for style, nuance often gives way to haché content, accompanied by enthralling music and voice-over commentary. Il est alors très difficile de distinguere le mythe de la réalité. “If les jeunes cherchent à s’informer au sujet de l’élection sur la plateforme, ils trouveront des résultats de curte durée, derépors de leur context” et souvent sans explication quant à leur source, concluded Jack Brewster, analyst chez NewsGuard.