Publication:

Le pésident américain affirmés, dimanche lors d’une interview à la chaîne CBS, que son pays défendrait Taïwan en cas d’chinoise invasion. Une declaration qui devrait à nouveau provocateur l’ire de Beijing, bien que la Maison Blanche ait assured que la politique des États Unis à l’égard de Taïwan n”avait pas changé”.

In an interview that went viral on September 18, US President Joe Biden confirmed that the US group is protecting Taiwan when it is in China.

À la question de savoir si “des Américains défendraient Taïwan en cas d’invasion chinoise”, le dirigeant américain answered sur la chaîne CBS : “Oui, si une attaque sans précédent venit à se produire.”

Sollicité par l’AFP, un spokesperson de la Maison Blanche a toutefois affirmed Sunday evening that la politique des États Unis à l’égard de Taïwan n”avait pas changé”.

China considers that Taiwan, populated by quelque 23 million inhabitants, is one of its provinces that has not yet succeeded in reunifying with the rest of its territory since the end of the Chinese civil war in 1949. .

“ambiguous strategy”

In seven decades, the communist army has never been able to conquer the island, which remains under the control of the Republic of China – the regime that once governed mainland China and does not govern more today than Taiwan.

Lors de son interview, le president des États Unis aussi soîne qu’il n’était pas en train “d’encourager” l’île à declarer son indépendance formalle. “It’s their decision,” he declared.

>> À lire aussi : “À Taïwan, ‘plus la capacité militaire de la Chine augmente, plus le risque d’invasion grandit'”

Joe Biden avait déjà agacé Pékin en affirmant fin mai que les États-Unis interviendraient militairement pour sutenir Taïwanen en cas d’invasion par la Chine communiste. Il était revenu ensuite en arrière, affirmant son attachment à l’ambiguïté stratégique.

“China is unique”

Ce concept volontairement flou, qui gouverne la politique taïwanaise de Washington depuis des décennies, consiste pour les États Unis à s’abstenir de dire s’ils interviendraient ou non militairement pour défendre Taïwan en cas d’invasion. Ce qui a permis de maintenir jusqu’ici une certaine stabilité dans la région.

>> “Quarantine, distance frappe, invasion: Chinese scenarios against Taiwan”

Washington applies par ailleurs une “politique d’une seule Chine” : les États-Unis ne reconnaissent officiellement qu’un seul gouvernement chinois, celui de Pékin. Mais, en même temps, ils se guardant d’approuver la position de Pekin selon laquelle Taïwan est une partie inaliénable de la Chine unique qui sera reunifière un jour. Les États Unis estiment que c’est à Pekin et à Taipei de trouver une solution, mais s’opponent à tout use de la force pour le status quo. “Nous sommes en accord avec ce que nous avons signe, il ya longtemps”, according to the assessment of Joe Biden’s interview with his son.

A significant convergence

Les propos de Joe Biden interviennent toutefois aprè un rapprochementif significatif entre les États Unis et Taïwan, à l’heure où les relations entre Pekin et Washington sont à leur plus bas depuis des deciennes.

Mercredi, a draft law that provides for a first direct military aid from the United States to Taiwan and a key stage at the American Congress. In a few more days, Washington expects to announce a $1.1 billion arms sale to Taipei.

Début août, a visit to Taiwan by the president of the House of Representatives Nancy Pelosi, avait aussi provocére la fureur de Pekin. La Chine avait alors launched the most important manœuvres militaires de son histoire autour de l’île.

With AFP

Source by [author_name]