The New York Stock Exchange closed higher on Friday at the end of a hesitant session, after the release of employment figures showing the American economy still solid but beginning to react to the monetary tours of the central bank of America. (Feed).

The Dow Jones Industrial Average rose 1.26%, dominating the Nasdaq technology index at 1.28% and the S&P 500 at 1.36%.

Mais sur la semaine, refroidis par le ton ferme de la Fed, les indexes se sont repliés de 1.4% for the Dow Jones, de 3.5% for the S&P and de 5.6% for the Nasdaq.

On Friday, the government announced that the unemployment rate had slightly progressed in October in the United States. Il s’est inscrit au-dessus des prévisions à 3.7% tandis que 261,000 emplois ont été créés, un rythme légrémente ralenti mais toujours soutenu.

Surtout, la progression de la rémuneration houraire moyenne a brakené sur un à 4.7% instead of 5% en septembre, ce qui a été de nature à reassurer les marchés quant au risque que les salaires nourrissent une spirale inflationniste.

” En terme de ce qu’apprecise le marché, le taux de chômage a augmente et la hausse des salaires a décéléré ,” summary by Patrick O’Hara of Briefing.com.

” Bien sûr objectment ce n’est pas une bonne chose, mais ces éléments clés vont dans le sens de ce que veut la Fed ” pour faire baisser l’inflation, a expliqué l’analyste.

Après une envolée envolée en matinée, les indices ont heurté un mur et sont même redescendus dans le rouge before de revenir en territoire positiv.

Car finalement le marché de l’emploi ne semble pas montrer trop de signes de faiblesse. Les embauches resent plus fortes que prévue.

-Longue route ou landing en douceur? –

Certains pensent, comme Patrick O’Hare, que cela pourrait conforter “un scénario d’atterrissage en douceur” qu’ambitionne encore la Fed: faire ralentir l’inflation sans trop abîmer l’économie et le marché du travail.

Others, like Adam Sarhan of 50 Park Investment, estimate that the market “doit faire face à la réality et que la Fed a encore un long chemin (de hausmes des taux) avant de maîtrister l’inflation”.

“Le rapport sur l’emploi a montré que l’économie restait très, très solide.” On est encore près du plein emploi et l’inflation ne peut pas descendre si tous ceux qui veulent un emploi en trouvent”, a estimate le gérant, interrogé par l’AFP.

Les mouvements de scieaux des indices en cours de séance s’expliquent selon lui par le fait que le Dow Jones comme le S&P 500 ont dépassé leurs moyennes mobiles respectively de 200 jours et de 50 jours avant de redescendre. “Les marchés reagissent toujours à la combinaison de facteurs fundamental et techniques”, he noted.

L’allant des investisseurs a été porté également “par les rumeurs evoquant une levée de la politique de tolerance zéro vis-à-vis du Covid-19 de la part de la China”, soulignait par ailleurs Patrick O’Hare.

Les returns obligataires américains ont oscillé en séance, ceux à ten ans terminant à 4.15% contre 4.12% la evelle.

The President of the Regional Office of the Boston Fed, Susan Collins, cooled the most optimistic people by indicating that a new increase of 75 basis points in December was still on the table.

At the same time, Starbucks climbed 8.48% after announcing a year-on-year increase in revenue.

DoorDash meal delivery company also jumped 8.32% following the announcement of an increase in quarterly results, both in terms of sales and order volume.

While Twitter disappeared from the market after being bought by Elon Musk, the owner of Tesla, the title of the electric vehicle manufacturer dropped 3.64% to $207.47. Sous son nouveau propriétaire, Twitter announced that it was going to license half of its personnel in the world while its effects were shown at 7,500 employments.

La compagnie de vente de voitures en ligne Carvana a bu la tasse (-38.95% à 8.76 dollars) après une chute unexpected de ses ventes.