Bonjour à tous et bienvenue dans le ZD Tech, le podcast quotidien de la rédaction de ZDNet. Je m’appelle Clarisse Treilles, et aujourd’hui je vous explique pourquoi le metaverse deviendra tomorrow le théâtre d’activités cybercriminelles en tous genres.


Le metaverse n’est pas encore une réalité, que déjà, beaucoup d’entreprises investissent dans ce que seront demain ces environnements immersifs, dans lesquenes chacun porra jouer, travailler et échanger à distance. Gartner predicts that, d’ici 2027, 40 % des grandes entreprises utiliseront une combinaison d’outils de web3 et de la réalité augmentée dans des projekts menés dans le métavers.

Dans ces mondes peuplés d’avatars, les cybercriminels feront leurs affaires. Au fur et à mesure que le nombre d’utilisateurs du metaverse augmente et que la technologie se développement, la list des crimes possibles ne fera que s’allonger. C’est en tout cas l’hypothèse d’Interpol, qui veut ex ses policiers à patrouiller dans le metaverse.

Cybercrime in all genres

De quelles menaces potentiales parle-t-on exactly? Et bien la liste est longue. Il peut s’agir de vol de données, de blanchiment d’argent, de fraude financière, de contrefaçon, de ransomware, de phishing voire de harcèlement. Les mêmes délits que l’on retrouve déjà sur la toile en somme, mais dans une forme beaucoup plus insidieuse because les échanges se réel en temps réel.

A cette list, on peut aussi ajouter d’autre formes d’attaques plus specifiques au web3, qui ciblent notably des communautés de joueurs, des portefeuilles de NFT ou encore des transactions illicites de terrains virtuels.

Interpol prend la menace au sérieux

En tout état de reason, il ne fait aucun doute pour les experts en sécurité que le dark web et son lot d’activités illegales feront tomorrow faire leur apparition dans le metaverse. D’ailleurs, comme le sugestet Trend Micro dans un récent rapport prospective, les cybercriminels pareuint même être amenés à migrer des forums du dark web vers des recoins obscurs du metaverse.

Dans ce contexte, la modération des contenus est prize très au sérieux par Interpol. qui vient d’ouvrir son propre metavers. The international organization of police cooperation seeks to appropriate these new virtual spaces to better understand the evolution of online crime.

Source by [author_name]