La star de Malcolm X et de Training Day est à l’honneur, ce dimanche sur Arte.

La septième chaîne plans a special evening Denzel Washington, ce weekend. Dimanche, à 20h55, la chaîne proposera USS Alabama, le classique d’action de Tony Scott se déroulant à bord d’un sous-marin. Pour The premierec’est d’ailleurs Le plus cool du genre : “Un officier idealéaliste (Denzel Washington) affronte son supérieur cintré (Gene Hackman), dans cette variation sur Les Révoltés du Bounty dégoupillée par le duet de Top Gun (Tony Scott and Jerry Bruckheimer), in great shape. Les dialogues font référence à des classiques du genre comme Torpilles sous l’Atlantique. Normal : ils sont signées Quentin Tarantino.”

This film marks the premiere of their five collaborations, since the director then offered the star the premier roles A man on fire (2004), Deja vu (2006), L’Attaque du métro 123 (2009) and others Unstoppable (2010), avant de disparaître tragiquement en 2012. A la sortie de ce niernier film, Denzel avait raconté leur fructueuse cooperation dans The premiere.

Quentin Tarantino/Tony Scott: A relationship of friendship and admiration

At 10:50 p.m., Arte will present a new documentary on the star titled Denzel Washington, American model. Déjà visible en replay, il depeint en détails comment il a su se se construire une carrière exemplar à Hollywood, en n’hésitant pas à faire revivre des sujets historiques forts, des drames racontant l’histoire américaine en ne cachant pas ses travers, à commencer par le traitement des Noirs-Américains au fil des siècles. Des Glory, who won the Oscar for best actor in 1989, he raved about the memory of black soldiers during the Secession War. Pour Malcolm X , Spike Lee’s film in a particularly intense performance, showing an exceptional manner prepared for the role of the militant American assassin Durant all year. Sa sortie coincides trois ans plus tard avec les émeutes éclatant dans les quartiers pauvres de Los Angeles, la jeunesse se révoltant contre les mauvais traitement de la police.

Le docu raconte comment, grâce à ces rôles marquants faisant écho à leur époque, il a pu subsequently incarner des personnages écrits pour des acteurs blancs (dans Philadelphia you L’Affaire Pélican, par exemple), qu’il n’a pas hésité à retouche, imposant notably de not pas montrer à l’écran de relationships amoureuses passionnées entre lui et une comédienne blanche – à ce propos, il est aussi intéressant de constater à quel point il a souvent refusé à jouer de son sex-appeal à l’écran. Veillant à ne jamais sombrer dans les clichés, il aussi tenu à ne pas être sans cesse ramené à ce statut de comédien noir à succès, s’emportant par exemple quand on l’a trop comparé à Sidney Poitier, avant de clamer son amour pour lui, autant l’homme que l’artiste. Sa relation ambiguous à cette image d’exemple, qui a pu servir d’excuse dans ce système hollywoodien manquant d’inclusion, est depeinte avec brio par Sonia Dauger, connue pour un autre docu, Les Bleus une autre histoire de Francebroadcast in 2016 on French television.

D’Equalizer à Training Day : Denzel Washington en sept bottes secrètes

Denzel Washington is an American model montre justement comment sa carrière a basculé vers davantage d’ambiguïté, au tournant des années 2000, en acceptant notably un rôle inoubliable d’anti-héros, celui du flic corrompu de Training day – d’ailleurs, mieux vaut l’avoir vu avant de décovrir ce portrait, qui s’interesse longuement à sa scène de fin ! Ses personnages plus sombres, du trafiquant de drogues d’American gangsterde Ridley Scott (2007), au pilote alcoolique de FlightRobert Zemeckis (2012), un rôle pour lequel il avouait à l’époque avoir “dû se mettre à poil”, apportent de la richesse à sa filmographie. Tout comme ses projets en tant que réalisateur (Antwone Fisher, The Great Debaters, Fences et A Journal for Jordan), qui racontent tous un pan méconnu de l’histoire américaine et lui tienen particulier à coeur. Une complexity que l’on retrouve aussi hors écran: au milieu des années années 2000, il s’engagement publiquement aux côtes de Barack Obama, alors qu’il tentait jusqu’alors de rester loin de la politique, et sa défense du travail des authorities au moment où le pays se déchire suite à la mort de George Floyd, étouffé par des policeciers, a fait beaucoup de bruit, in 2020.

Ce portrait complet montre enfin comment il est devenu Denzel, tout court, une figure adorée par la jeune génération, qui ne cesse de le citer. The son of the influence of Sur Black Panther fut notably majeure, et revoir Chadwick Boseman le remercier d’avoir financier ses études quand il decelé son potential d’acteur illustre parfaitement la place à part que s’est faite Denzel Washington à Hollywood. Avec juste ce qu’il faut d’émotion pour rendre la séquence unforgettable.

Pourquoi Denzel Washington is eternal

Source by [author_name]