Publication:

En plein marasme politique lié à la émission judi de la Première ministre britannique Liz Truss, le Royaume Uni traverse aussi une tempête économique avec une activité à flat, une supérieure à 10 % – la pluste du G7 –, une crise energy et des millions de Britanniques qui basculent dans la pauvreté.

The passage of Liz Truss to Downing Street will be a brief record but it will leave deep scars on the economy of the United Kingdom. Interest record de la dette, chute des ventes au détail, confiance en berne : l’économie britannique accumulates de nouveaux signales négatives dans un pays en pleine politico-financière crisis.

The interests of the British debt reached 7.7 billion livres in September, 2.5 billion more than in the previous year and the highest increase since the beginning of these monthly statistics in 1997.

Depuis la mi-2021, la charge de la dette de l’État “a expérimento augreitet, non pas à cause de la hausse de la dette”, mais “largement à cause de l’inflation”, a commented l’Office national des statistics (ONS) vendredi dans son rapport mensuel.

L’emprunt public hors banques sous l’égide de l’État increased by 2.2% over a year to 200 milliards de livres in September, the highest level ever recorded since the beginning of these statistics in the past thirty years – excepted le record observed during the Covid-19 pandemic.

>> À lire aussi : “La livre sterling atteint un plus bas historique face au dollar”

The public debt reached pour sa part – hors banques publiques – 2,450.2 milliards de livres fin septembre, representant 98% du PIB et 2.5 point de percentage de PIB de plus qu’un an plus tôt.

“Pour stabilizer les marchés, j’ai clairement dit que des décisions difficiles allaient être prises afin de protecter” les comptes de l’État, a prévenu Jeremy Hunt, le Chancellor de l’Échiquier.

Nommé dans l’urgence il ya une semaine face à la débâcle sur les markets entraîne par le “mini-budget” de son prédécesseur au ministère des Finances, Jeremy Hunt a autísto cancel la quasi-totalité de ces budgetary measures expendieuses et non financiés à l’effet déastateur.

Il doit présenter un plan à moyen terme le 31 octobre. Cette proposition qui devrait inclure des baisses de expenses publiques et une possible hausse des impôts, en totale opposition aux promesses de campaign de l’éphémère Première ministre Liz Truss, poussée à la émission face au naufrage de son gouvernement.

La pression monte notably pour imposer une taxe plus élevé sur les profits des compagnies énergétiques. La presse britannique évoque une éventuelle taxation des banques, qui benefitent de la flambée des taux d’intérêt.

Desventes gutter

Le plan de Jeremy Hunt est toutefois incertain, le nouveau chancellier n’étant pas sure de rester en poste dans le prochaine gouvernement.

Confronté à un marasme politique, le country traverse aussi une tempête économique avec une activité à plat, une inflation à plus de de 10% – la plus forte du G7 –, une crise énergétique et des millions de Britanniques qui basculent dans la pauvreté.

Ces difficulties se resentent sur la consommation: les ventes au détail, qui declinent depuis des mois, ont chuté de 1.4% en septembre comparé à août. The National Office of Statistics explains this decline not only by the increase in the cost of life, but also by the impact of the national holiday decreed on the day of the funeral of Queen Elizabeth II last month, with the closure of très nombreux commerces.

>> À relire : “Chute de la livre sterling : la fronde des traders contre les baisses d’impôts pour les riches”

The GfK index on trust also testifies to the mood in consumers.

Après avoir bondi jeudi à l’annonce de la démission de Liz Truss, la livre retombait vendredi : elle perdait 0.33 % à 1.1196 USD, vers 7 h 45 GMT.

Its historically depreciated level illustrates the investor’s defiance, tout comme, à l’inverse, the rebound of long-term debt yields on the market.

Le cost de la debt de l’État à 30 ans montait à 4.022 % vers 7 h 45 GMT, repassant le seuil de 4 %. In 2021, il ne valait qu’un peu plus 1%.

The “mini-budget” l’avait poussé à plus de 5%, fragilisant des fonds d’actifs detenu par les fonds de pension et la Banque d’Angleterre était intervenue pour empêcher une crise financière.

“Political turbulence and fiscal tightening in lending confidence” are paying off for international investors, notes Richard Hunter, an analyst at Interactive Investor.

Completant ce tableau morose, les chiffres publiés vendredi témoignent de l’ampleur de la tâche qui visit le futur gouvernement.

With AFP

Source by [author_name]