Publication:

The groupe français de minerals industriels Imerys announced, on Monday, the mise en exploitation minière d’ici 2027 d’un gisement de lithium dans l’Allier, dans le center de la France. Il s’gira de “l’un des plus grands” d’Europe, et servira à accelerant la conversion énergétique en alimentant l’industrie des voitures électriques.

L’une des plus grandes mines européennes de lithium, poudre blanche qui enivre l’industrie des batteries électriques et devrait permettre aux voitures de sevrer du pétrole émitter de CO2, verra le jour d’ici 2027 dans le Massif central en France.

The “Emili” project, announced on Monday, October 24 by the French group of industrial minerals Imerys, will help Europe to overcome its almost complete dependence on China for the lithium necessary for the batteries of electric cars, censées être les seuls véhicules neufs à pouvoir être vendus dans l’Union européenne à partir de 2035.

It took 18 months of surveys and studies conducted by experts in mining extraction in the basement of a kaolin quarry held since 2005 by the Beauvoir group in Allier, in the center of the country. pour confirmer l’intérêt économique de la mine.

Avec l’exploitation de ce gisement, “nous allons aider l’Europe à se décarboner”, declared lundi à la presse Alessandro Dazza, directeur général d’Imerys, qui devait recevoir des éluss locaux sur place. “This project, exemplary sur le plan environnemental et climatique, réduira drastically nos besoins d’importation de lithium”, a salué le ministre français de l’Economie, Bruno Le Maire, dans le communiqué du groupe. Il ajoute qu’il sera soutenu par le gouvernement français.

>> En Europe, la course au lithium, enjeu majeur de la conversion énergétique

Equiper the equivalent of 700,000 vehicles

On the design of European lithium exploitation projects, that of Imerys is the second most important, since the abandonment of the Rio Tinto project in Serbia in January, and behind that of the start-up Vulcan in Germany, based on l’exploitation de saumures de la vallée rhénanne.

Les “concentrations et quantités” de lithium ont été jugées “très attractives” à Beauvoir, qui accueille depuis 1850 une carrière produisant 30,000 tones de kaolin par an destiné à la porcelaine ou au carrelage.

Depuis les années 1960, le Bureau de Recherches Géologiques et Minières (BRGM) avait bien identié la presence de lithium dans ce sous-sol. But Imerys ignorait jusqu’à recently la teneur et donc si le site pouvait être rentable. Alessandro Dazza assured: “There are no estimates of the self-generation of a million tons of lithium oxide.” Soit “beaucoup plus que ce que pensait le BRGM” initialement (320,000 tons).

De quoi produire “34,000 tons of lithium hydroxide by 2028 in 25 years” and “the equivalent of 700,000 cars with lithium-ion batteries” Imeris. Ce qui est loin d’être negligeable : la production mondiale actuelle de carbonate ou hydroxide de de lithium, les deux éléments utilisés dans les batteries, ne dépassé pas les 450,000 tons dans le monde, selon Imerys.

Et d’ici 2040, l’Agence Internationale de l’énergie (AIE) predicts that it will be multiplied by 40. À Beauvoir, “il pourrait y avoir plus que ce que nous avons éstimée, nous allons continuer les études pour voir si on pouvait avoir 30 ou 35 ans d’exploitation”, added Alessando Dazza.

The concentration is of the order of 0.9 to 1%, which means that 100 tons of rock must be extracted to extract a tonne of lithium. The group estimates its cost of production “between 7 and 9 euros per kilo hors investissement initial, ce qui garantirait “un retour sur investissement intéressant”.

Et il promet à terme 1,000 emplois directes et indirects en Auvergne-Rhône-Alpes, sur deux sites: la mine d’extraction souterraine du mica contenant le lithium, entre 75 et 350 mètres de profondeur; et une usine de purification des minerals et de transformation en hydroxide de lithium, à moins de 100 kilometers de la mine.

Impact on the environment

Restent les probable critiques environnementales contre ce nouveau projet minier au cœur de la France. Imerys has announced that the mine will accept an international standard under development, “IRMA”, which aims to reduce toxic emissions and minimize water consumption.

L’exploitation se fera en souterrain, ce qui minimisera les poussières, et le transport des roches se fera par canalisation et voie ferrée pour éviter les trucks entre la mine et le site industriel. As for the emissions generated by exploitation, the group estimates 8 kg of C02 per tonne of lithium, compared to 16 to 20 kg in Australia and China, according to him.

With AFP

Source by [author_name]