Le 82e album de Lucky Luke, ” L’Arche de Rantanplan ” (Dargaud), sort ce vendredi en librairies, sous la houlette du dessinateur Achdé et du scénariste Jul . Un carton assured pour un album dans l’air du temps où le Far West peut se montrer moins sauvage. Decoding.

Un Noé du Texas

Lucky Luke got engaged to a cowboy. Sur sa mount Jolly Jumper, il part pour de nouvelles adventures au Texas or “les animaux sont la dernière roue du chariot”. Il y croise le chemin de poussière d’un illuminé solitaire de la cause animale, qui a ouvert dans une ancienne de charbon un refuge pour animaux abandonnées: avec veaux, vaches, cochons, chevaux, ours, tortue… et Rantanplan.

“Je vous parie qu’après quelques jours ici, tous les cowboys de l’Ouest deviendraient aussi végétariens”, lui lâche le Noé du Texas à rouflaquettes.

La SPA d’Amérique

Le dessinateur Achdé et le scenariste Jul avaient un model : Henry Berg, New York diplomat, founder of the American Society in 1866 for the Prevention of Serious Animals, the American SPA. Alors qu’il était en mission en Russie, Bergh était intervenu pour impêcher un conducteur de calèche de battre son cheval qui avait chuté. It was in 1863 and it was the beginning of the prize of conscience.

« Bergh a dû mener une rude bataille, se souvient la SPA américaine. À l’époque, l’Amérique n’était pas un endroit convivial pour les animaux: des chevaux de trait tiraient des charrettes surchargées dans les rues, les attrapeurs de chiens étaiten connus pour kidnapper des chiens de compagnie et les retenir contre rançon, etc. . les combats de chiens et de coqs étaiten des formes courantes de divertissement.

In 1867, the ASPCA operated the first ambulance for injured horses, two years before Bellevue Hospital in New York put the first ambulance into service.

Il est question de Bergh, dans ” L’Arche de Rantanplan “, album engagé qui défend la cause animale et dônèce les mauvais traitements aux animaux sauvages et domestiques. On est en plein Far West, mais le message est clair. La photo d’Henry Bergh (1813-1888) figure à la fin de l’album. Achdé et Jul pay homage to this pioneer, aux ideas en avance sur son temps.

Mais comme Achdé et Jul sont les gâchettes du rire satirique, ils pullent aussi sur les mercenaires du bien-être animal. Lucky Luc essaie de mettre bon ordre dans cette cause et ses plus radicalux représentants – les deux auteurs ont-ils songé à l’association L. 214 et ses actions coup de poing ?- sans perdre de vue la protection des bêtes. “A trop vouloir défendre les bêtes, j’ai complètement perdu la raison”, finit par reconnaisance le Noé du Texas.

It’s vegan

Ovide Byrde, l’ami des animaux, est vegan. Et il utilize sa fortune pour convertir tout le monde au régime végétarien. Quoi, interdire aux gens de manger de la viande ?!! Les frères Dalton en ont gros sur la patate : “Il ya plus de fous dangereux à l’extérieur qu’à l’intérieur du pénitencier finalement,” coined Joe Dalton.

Mais le veganisme a déjà contaminé la prison et le prisoner Tacos a décidé d’arrêter de buffer du lard.

Lucky Luke à la SPA

Lucky Luc, non-smoker depuis quelques années -un combat déjà gagné-, dégaine un appel aux dons en faveur de la SPA française. Un bulletin a été glissé dans cet album de 48 pages publié chez Dargaud.

Cette campagne d’influence n’est pas rien. Une telle mascotte est plus rentabale qu’un bon vieux chercheur d’or. Les aventures du cowboy s’arrachent comme des petits pains vegan. In 2020, the first album of Lucky Luke’s adventures d’après Morris, “Un Cow-boy dans le coton” and été la deuxième BD la plus vendue derrière “l’Arbe du futur de Riad Sattouf, avec plus de 271,000 acheteurs . Qui veut acceptor un Rantanplan?

Source by [author_name]