Only in the race to succeed Liz Truss, Rishi Sunak, of Indian origin, became the premier politician from an ethnic minority to the post of Prime Minister of the United Kingdom. Une première qui marque l’outissement d’un procesus poustisantant l’inclusion au sein du parti conservateur, même si beaucoup reste à faire.

Seul candidat étant parvenu à réunir plus de 100 sponsorships, Rishi Sunak a écrasé la concurrence lundi 24 October dans la course à la heritage Liz Truss. Après l’abandon de la minister Penny Mordaunt, qui n’a pas obtenu un nombre suffistant de soutiens, l’ancien minister des Finances s’apprête à devenir Prime minister du Royaume Uni.

Petit-fils d’immigrés d’origine indienne, hindu pratiquant, ce ancien bankquier réputé pour sa force de travail est ainsi le premier non-Blanc à prendre la tête d’un pays qui, fut un temps, régnait sur le pays d’ family background.

“C’est une source de fierté pour de nombreux Britanniques d’origine asiatique, y compris pour ceux qui ne partagent pas les opinions conservatrices de Rishi Sunak,” assures Sander Katwala, a member of the British Future think tank. “This event is particularly important for the first generation of migrants to which my father belongs, who arrived in 1968, when British political life was dominated by Enoch Powell’s call to ‘send everyone back to their homes'” [cet homme politique britannique incarnait alors l’opposition à l’immigration, opposé au projet de loi sur les relations raciales du Parti travailliste, ndlr].

“This is one source of inspiration for the South Asian community in politics,” wrote Barney Choudhury in the Eastern Eye magazine, interviewed by the BBC. “Avec lui, certains plafonds de verre volent irremédiablement en éclats.” Cela ne peut être qu’une bonne thing pour les personnes de couleur”.

Diversité en trompe-l’œil

The accession of Rishi Sunak to the post of Prime Minister seems to crown the Conservative Party’s efforts to present more diverse profiles, a process begun under former Prime Minister David Cameron.

En 2006, c’est lui qui impose des femmes et des candidates issus de l’immigration dans les circonscriptions acquises aux Tories. Baptisé “A-list”, it is the arrangement of permission de faire émerger de nouvelles figure comme Liz Truss and Rishi Sunak. Result, les députés conservateurs comptent aujourd’hui dans leurs rangs 87 femmes et 22 membres issue de l’immigration.

Mais derrière la vitrine d’une classe politique nouvelée et en phase avec la société se une réalité plus complexe: les élés conservateurs sussus de l’immigration affichent un profil très homogène social, typique de l’élite britannique.

This is the case of Rishi Sunak, who studied at Winchester College, one of the most renowned private pensions in the United Kingdom, before studying at Oxford, then at Stanford, in the United States. Très young, he joined the British political-media elite and started a career as a banker at Goldman Sachs, before becoming a deputy in 2015.

“Il faut espérer que Rishi Sunak realizes that not everyone has the same chance as him.” Le fait qu’il accède au 10, Downing Street ne fait pas du Royaume-Uni une méritocratie parfaite”, Prefect Sander Katwala.

La question des origines, elle, s’efface generally derrière l’ideologie conservatrice. “La majorité (des élus conservateurs issus de l’immigration) a défendu le Brexit avec passion et affiche des positions ultralibérales sur les questions économiques et sociales”, points out Agnès Alexandre-Collier in an article published in The Conversation. According to the professor of British civilization at the University of Bourgogne, this inclusive policy also allowed the conservatives “to speak without complex immigration and Brexit without fear of being taxed by xenophobia”.

“I know that racism exists in these countries”

Si le parti affiche avec fierté la diversité de ses éluss, difficile d’en dire autant au sujet de ses 170,000 supporters, en grande majority des hommes blancs agês issus des classes moyennes.

Certain members of the Conservative Party do not hesitate to display their hostility to the idea of ​​seeing a Prime Minister of Indian origin in Downing Street. On Saturday, during a very popular radio show from the LBC station, an auditor presented himself as “Jerry, a member of the Conservative Party” and a fervent supporter of Boris Johnson assured that “Rishi n'[était] même pas vraiment britannique”.

Interrogé pendant de longues minutes par la journaliste Sangita Myska, l’auditeur a fini par lacher: “Est-ce que vous m’imaginez, moi, devenir Premier ministre au Pakistan?” no. C’est important, même si ça ne vous plaît pas, on parle de l’Angleterre. 85% of the English are white and they want to see a Prime Minister who looks like them”.

In the course of his political ascension, Rishi Sunak has regularly been the target of racist attacks on social networks. De son côté, the future Prime Minister rarely addressed this subject.

In June 2020, Rishi Sunak in the case of George Floyd is waiting for the premiere for racism not to be a victim. “I say that racism exists in the fee,” he wrote on Twitter.


“Je sais que des gens sont en colère et frustrés. Ils veulent voir et ressentir un changement. Mais une société meilleure ne se construit pas en une nuit”, he explained after the outbursts during the demonstrations of the Black Lives Matter movement in the United Kingdom.

“Aucune important” pour les Britanniques

Favori des députés conservateurs lors de la course à la prejemniktiv de Boris Johnson this summer, Rishi Sunak avait été écarté par les adhérents du parti conservateur. Beaucoup y ont vu le résultat de sa “trahison” envers son ancien patron: en démissionnant de son poste début juillet, le très populaire ministre des Finances, qui a ouvert les vannes de l’argent public pour maintenir l’économie à flots pending la the Covid-19 pandemic, the imminent defeat of Boris Johnson.

Mais Rishi Sunak aurait-il pu être évincé en raison de ses origines? “Cette question a trop peu attréat l’attention”, deplore le politologe Paul Whiteley de l’université d’Essex, dans un article sur la difficult des sondeurs à appréhender la problématique du racisme dans enquêtes.

According to a récent poll, seulement 10% of Britanniques think that a Prime Minister from an ethnic minority will be a bad choice for the country; 26% believe that this perspective comme un événement positiv. But une majority of polls (58%) think that this question is not relevant.

“La plupart des Britanniques estiment que la question des origines ou des croyances du Premier ministre n’a pas d’importance”, – asserted Sander Catwala. “Ils jugeront Sunak on his capacity to put an end to the chaos that reigns in Westminster, to restore public finances and to restore confidence in political life.”

Source by [author_name]