Publication:

Steve Bannon, ancien conseiller de Donald Trump recognized guilty in July of outrage at the Congress and of entrave à l’enquête parlementaire sur l’assaut du Capitole du 6 January, a été condamné vendredi à quatre mois de prison. Dans un geste “historique”, la Commission d’enquête a cité l’ancien president Donald Trump à comparaître “le ou autour du 14 novembre”.

Steve Bannon, who was an influential adviser to Donald Trump at the White House, was sentenced on Friday, October 21, to four months in prison for refusing to cooperate with the parliamentary investigation into the Capitol attack.

Cet homme de 68 ans, figure du populisme de droite aux États-Unis, a immediate fait part de son intention de faire appel, ce qui suspend l’application de la sentence. Il a donc pu ressortir libre du tribunal. In front of the cameras, he assured “respecter la decision du Juge” mais a tout de suite glissé sur le terrain politique.

“Le 8 novembre sera le jour du jugement du régime illégitime de (Joe) Biden (…) et l’on sait comment cela va finir”, he launched in Référence aux élections de mi-mandat, dans les les démocrates potreint perdre leur contrôle du Congrès.

Citant plusieurs membres de la Commission d’enquête sur le 6 janvier, chargée de faire lumière sur le rôle de Donald Trump dans le coup de force de ses partisans, Steve Bannon a prédit qu’ils “seraient battus”.

Trump cité à comparaitre

Cette Commission est justement engagée dans une course contre la montre : si les démocrates perdent le contrôle du Congrès lors des élections de mi-mandate, le 8 novembre, elle risque d’être dissoute par la nouvelle majority républicaine. Face à cette éventualité, et dans un geste “historique”, elle a cité vendredi l’ancien president Donald Trump à comparaître “le ou autour du 14 novembre”. Le milliardaire républicain devra également produire avant le 4 novembre toute une série de documents en vertu de cette assignment, dont le principe avait été acté last semaine dernière.

This panel, composed of seven elected democrats and two republicans, has already questioned more than a thousand witnesses, including two children of Donald Trump, and collected tens of thousands of documents, but was met with the refusal to cooperate with certain relatives. .


For Steve Bannon, his refusal to respond to the assignments of this command led to his condemnation in July for entrave aux prérogatives d’enquête du Congrès.

Les prosecutors avaient ensuite requis six mois de détention, épinglant son “mépris” et sa “mauvaise foi” tout au long de la procédure. Ses avocats avaient demandé une peine de liberté conditionalnelle ou d’assignation à résidence. Judge Carl Nichols finally opted for four months in prison, along with a $6,500 fine.

“Respecter le Congrès est une composante importante de notre système constitutionalnel”, he justified, emphasizing that Steve Bannon n’avait, à ce jour, toujours produit “aucun document, ni livre aucun témoignage” à la Commission.

“L’enfer”

Féroce contempteur de l’establishment, Steve Bannon, qui a été bankquier d’affaires ou encore director du site d’information de droite radicale Breitbart, est consideré comme l’un des artisans de la victory de Donald Trump de 2016.

Devenu l’un des puissant conseillers du president, il avait été écarté de la Maison Blanche en avût 2017 aprè des violences d’extreme droite à Charlottesville, en Virginia.

Mais il était resté proche du milliardaire républicain et avait encore échangé avec lui le 5 janvier 2021, à la evell de l’attaque contre le siège du Congrès. Après leur talk, il avait prédit un déferlement de “tout l’enfer” le Lendemain à Washington.

>> À lire – États-Unis : l’alt-right, ce mouvement d’extrême droite qui veut rendre le “racisme cool”

Pour connaître la teneur de leurs discussions, la Commission d’enquête parlementaire avait assigned Steve Bannon à témoigner et à produire des documents.

Il avait refusé, invoquant le droit des présidents et des members de l’executif à garder certaines talks secrètes.

Moreover, Donald Trump called the law and Steve Bannon, as a “private city on January 6”, he does not warn the law, but the soul of Nichols.

Lors de son procès en juillet, Steve Bannon n’a produit aucun témoin et n’a pas pris la parole. The jury declared guilty après moins de trois heures de délibérations.

Steve Bannon is also being prosecuted for fraud by the New York justice in the framework of an investigation into a levy of funds to construct a wall between the United States and Mexico, one of the main campaign promises of Donald Trump .

Il avait déjà été mis en cause dans ce dossier par la justice fédérale, avant d’être grace par Donald Trump dans les derniers jours de sa pésidence.

L’ancien president fait lui même l’objet de pluses enquêtes et la Commission du 6 janvier a nouncement qu’elle allait l’assigner à comparaître.

Ses membres, sept démocrates et deux républicains, doivent publier un rapport sur leurs travaux d’ici la fin de l’année, dans lequel ils porteuint préconiser d’inculper l’ancien president. La decision reviendra in fine au ministre de la Justice Merrick Garland, un homme prudent qui n’exclut rien.

With AFP

Source by [author_name]