Logo du Conseil national du numérique

An independent advisory commission (créée en 2011, elle a connu plusieurs soubresauts), le Conseil national du numérique (CNNum) communicates sur son “soutien à la promote du Libre”, et affirme: “Source de convivialité, de partage, de cooperation et de liberté autant qu’outils necessaires pour garantir un web ouvert, le libre est un sujet qui tient cœur au Conseil national du numérique depuis de nombreuses années. Etat et en dehors à travers plusieurs objets: des ateliers de contribution à Wikipedia, un agenda ouvert sur Framagenda, une chaîne Peertube et une map des déplacements sur uMap.”

Wikipedia, Agenda, PeerTube

Le CNNum précis:

– avoir organized cinq ateliers de sensitization à la contribution à Wikipedia, une démarche presented dans un billet de Louis Magnes, responsable pleidoyer au CNNum, sur LinkedIn. Autour de l’Observatoire sur l’utilisation du numérique dans la guerre en Ukraine, un travail de documentation a été mené, et “quel meilleur endroit pour collaborer collective à l’agrégation et au partage d’un savoir que Wikipedia?”

– ouvrir son agenda (vie du Conseil, événements ouverts au public, inicijativ signéles…) et entre autres “show by the experience that there are open tools, libres, participifs, contributifs et qui œuvrent à la construction de savoirs communes”.

– migrer sur PeerTube, pour y diffuser plusieurs contenus (interviews, exposés…).

Jean Caton, Secretary General of the National Digital Council, explained: “The National Digital Council is proactively addressing the démarche of a free and digital community. Les tools que nous déployons aujourd’hui sont essentiels pour reinforcer notre soutien – par l’action et en totale coherence avec notre mission d’agora scientifique et citoyenne. Je suis ravi que le Conseil rejoigne concrètement ce mouvement collectif, qui apporte également beaucoup de plaisir.”

“L’État est paradoxal”

Among the CNNum’s many publications, see this exchange with Angie Gaudion, from Framasoft (sur la philosophie de cette association remarquable, tout est à lire).

Here is an excerpt:

“Framasoft has become a popular education association for digital issues and cultural commons. Our social objective is no longer to promote free software, but to transmit knowledge, knowledge and reflection around digital practices. émancipatrices. However, we continue to offer online services to demonstrate that these tools exist and are proven alternatives to the services of the web giants. We transmit more knowledge and know-how on these tools and accompany Internet users in their autonomy vis-à-vis des géants du web”.

“L’État contributes to the commons. Par exemple, l’Éducation nationale proposes the page apps.education.fr qui référence un ensemble de services pédagogique en ligne basé sur du logiciel libre. Mais l’État est paradoxal : il contribute aux communs et signe des accords avec Microsoft pour implémenter Windows sur les postes informatiques des écoles. De plus, cette initiative de l’Éducation nationale est très bonne, mais elle reste très méconnue du corps enseignant. Au-delà de la Uklad, il ya donc aussi un enjeu important de promotion’.

Lyre anyway

Enseigner Wikipedia et les projets liés: un wikimédien en résidence en Auvergne – July 31, 2022

À l’Education nationale, le projet d’un “Wikipédia des resources pédagogiques” – May 31, 2022.

European institutions arrive at Mastodon and PeerTube, alternatives to Twitter and YouTube – May 8, 2022

Framasoft, “Amap du numérique”, start – November 8, 2021.

Source by [author_name]