Publication:

À neuf mois du Mondial-2023, l’Équipe de France féminine de football a été versée dans le groupe F, samedi lors du tirage au sort de la Coupe du monde. Les Bleues find themselves alongside Jamaica and Bésil. L’équipe tricolore will therefore establish its base camp in Australia, where it will play all its matches of the tournament.

Groupe F comme facile? La France de Wendie Renard a été versée dans un groupe très clément, samedi October 22, lors du tirage au sort de la Coupe du monde 2023, avec le Brésil pour principal adversaire en Australie.

À neuf mois du tournoi dans l’hémisphère sud, l’horizon s’est degagé au cours d’une cérémonie heureuse pour les Bleues lors du drawe effected à l’Aotea Center d’Auckland.

“Quand on est entraigneure il n’y a jamais de groupe facile”, a nuancé la sélectionneuse Corinne Diacre aupres de l’AFP. “Sur le papier, on pourrait suppose que la France et le Brésil vont finir premier et deuxième. J’aimerais juste que ce soit dans cet ordre-là.”

The semi-finalists of the last Euro meet on July 23 in Sydney against Jamaica. They will then fileront à Brisbane pour affronter la Seleçao six days après, avant de retrouver Sydney le 2 août pour rencontrer un barragiste (parmi Taïwan, Paraguai, Papouasie-Nouvelle-Guinée et Panama) dont l’identité sera connue en février.

L’équipe tricolore will therefore establish its base camp in Australia, where it will play all its matches of the tournament.

Diacre en est “ravie” car “le voyage est moins long” depuis la France, “il ya moins de décalage horaire” et, en cas de premier tour en Nouvelle-Zélande, “il aurait fallu revenir en Australie, donc voyager encore, ç’aurait fait une logistique un peu plus lourde”, at-el explanation.


United States of America

Sur le chemin de la finale, le 20 août à Sydney, les Bleues sont assuredes de ne pas croiser la route des États Unis, double champions du monde en titre qui avaient cassé leur rêve de titre en 2019 à domicile. Team USA version of Megan Rapinoe in the second part of the picture.

Leaving the group stage alive does not seem like a too complicated goal to achieve for the French women, since the two first places offer a chance for the eighth place in the finale of this premier women’s World Cup in two countries, in Oceania and in thirty-two teams.

Les Françaises, quinquièmes au classement Fifa, benéficiaient d’un statut tête de série qui les mettaient à l’abri au premier tour de tout choc contre les États Unis, les Anglaises fraîchement titrées au Championnat d’Europe, ou encore l’ Allemagne, l’Espagne, la Suède et les deux pays hôtes.

Une mauvaise pioche n’était pas à exclure parmi les members du chapeau 2. Mais elles ont esquivé les championnes olympiques canadiennes, la Norvège d’Ada Hegerberg, le Japon sacré en 2011 et les Pays-Bas de Vivianne Miedema.

À la place, elles sont tombees sur le Brésil, une équipe qui ne les a jamais battues. This brings back the souvenir of the 2019 World Cup, an irrespirable eighth-placed finale in Havre won 2-1 in extra time thanks to a goal by Amandine Henry.

Shaw, the face of Cannes

Dans le chapeau 3, il fallait éviter le Danemark de Pernille Harder et les tricolores ont hérité de la Jamaïque. L’Adversaire est inconnu des Bleues, mais pas sa buteuse Khadija Shaw (Manchester City), passée par Bordeaux. “Il va falloir la sevrer de ballon tout simplement,” Diacre comments.

On its side, New Zealand has fallen on Norway, the Philippines and Switzerland. L’Australie va cruiser la République d’Irlande, le Nigeria et surtout le Canada.

Dans le groupe E, il y aura une répétition de la finale 2019 entre les États-Unis et les Pays-Bas. La poule sera completée par le Vietnam et un barragiste.

La neuvième Coupe du monde féminine will be inédite à plus d’un tour: la premiere à thirty-two teams, la premiere dans lhémisphère sud et la premiere à être co-organisée par deux countries.

Après le succès d’audience de l’édition 2019 in France, la Fifa espère transform l’essai en Océanie. Mais l’instance de gouvernance mondiale du football se heurte à la frilosité de certains diffuseurs qui rechignent à payer des droits de diffusion télévisée à leur juste valeur.

Les “diffuseurs nous ofrent 100 fois moins que ce qu’ils nous ofrent pour la Coupe du monde masculine”, denunciation le patron de la Fifa, Gianni Infantino, en marge du tirage. The director judged these offers “unacceptable”, d’autant que les chaînes de télévision “nous poussent à faire plus pour l’égalité”.

With AFP

Source by [author_name]