The Russian President Vladimir Putin decided, on Wednesday, to establish martial law in the annexed Ukrainian territories and to put special regimes in place on the Russian territory that appear as the alleged martial laws. Une manière de réaffirmer son autorité face à la contestation nassante.

A large dose of martial law for the territories occupied-annexed by Russia in Ukraine, and another lighter one for the rest of Russia. Vladimir Putin signed, on Wednesday 19 October, two decrees to establish different degrees of exceptional regime to reinforce his control over the country.

Les quatre régions d’Ukraine que Moscou affirme avoir annexées après des référendums controversés – Donetsk, Louhansk, Kherson et Zaporizhia – vont être soumises au dispositif le plus draconian. C’est la loi martiale telle que definição par un texte à valeur constitutionalnel accepted en 2002.

Loi martiale à des fins de propagande

Elle authorizes les autorités régionales et militaires sur place à utiliser un vaste arsenal de mesures restrictivees ou confiscatoryatoires. They will be able to interdire aux résidents from exiting their towns, they will be able to seize goods belonging to the local population, they will be able to instaurer une censure ou décider de relocaliser de force des individus. Les étrangers sur place seront également susceptible d’être interner sans que les authorities aient à se justify.

Sur le Papier, this inventory of powers seems to give local authorities a more important role. Mais, en réalité, “une loi martiale de facto regnait déjà dans les régions annexées par Moscou. Ce texte ne fait qu’officialiser la situation”, assures Jeff Hawn, a specialist in Russian military affairs and external consultant for the Institute of New Lines, un American Center for Geopolitical Studies.

>> À voir aussi: Pour Dmytro Kuleba, l’annexion des régions ukrainiennes par Poutine ne change “rien”

For the two regions of Donbass – Danetsk and Louhansk -, the change will be even less pronounced since “the populations were subject to a martial law imposed by the pro-Russian authorities even before the war,” says Huseyin Aliyev, a specialist in Russian security policies and du conflit en Ukraine à l’université de Glasgow.

Si l’instauration officielle de la loi martiale ne change pas la situation sur le terrain, “elle est importante d’un point de vue du récit que Moscou veut vendre à sa population”, assures Huseyin Aliyev. Pour lui, c’est une manière “de reconnaire que ‘l’operation spéciale’ en Ukraine.” [désignation officielle de la guerre par le Kremlin, NDLR] it doesn’t unfold as expected, sans le dire clairement.”

The martial law also prepares Russian public opinion for the evacuation of the city of Kherson if the Ukrainian counter-offensive is crowned with success. “Un retrait de Kherson sera alors plus facile à justifyer si la population russe est déjà consciente que la situation sur place était compliquée,” Huseyn Aliyev concluded.

Loi martiale allégée pour mettre la Russie au pas

Ce n’est pas la même logicique qui justifie l’instauration de lois martiales allégées sur le territoire russe. The presidential decree provides that the territories closest to Ukraine – the city of Sébastopol, the Crimea and the regions of Rostov and Krasnodar in the south, as well as the provinces of Belgorod, Kursk, Briansk, and Voronej in remontant the border of Ukraine towards the north – will be submitted to a special regime close to what is imposed on the inhabitants of the Ukrainian regions.

Restrictions à la circulation, possibilité de displacer les populations, instauration d’une Administration militaire qui travaillera avec les autorités locales ou encore censure reinforced sont au menu pour les populations locales.

Certain measures, such as the limitation of automobile traffic and public transport, are considered to be applied in Moscow and in the rest of central Russia. But the mayor of the capital, Sergueï Sobianine, announced that he did not want these decrees to have an impact on the daily lives of Muscovites.

Difficile de savoir si cet édile porra defier ainsi la volonté du maître du Kremlin. This is not possible because these special regimes “sont définis de manière très floue dans le décret, laissant ainsi un vaste champ d’interpretation pour ceux qui vont les appliquer”, notes Luc March, a specialist in political Russian at the university d’Edinburgh.

This travail d’exégète de la pensée poutinienne va revenir principalamente “aux gouverneurs régionales qui vont ainsi se retrouver avec bien plus de pouvoirs”, emphasizes Jeff Hawn. Pour lui, c’est tout le but des lois martiales “light”: elles donnent aux sbires les plus loyaux de Vladimir Putine – les gouverneurs provinciaux – des moyens supplémentaires de mater toute voix dissidente ou contestation populaire qui tenderait d’émerger à cause des déboires militaires de plus en plus difficiles à dissimuler.

“Until now, the Kremlin could ensure the loyalty of the local authorities thanks to financial largesse, but with international sanctions, the regime is running out of resources, which must find other means to keep control. Avec ces décrets, le Kremlin signale qu’il va dorévant utiliser davantage le bâton,” summary by Jeff Hawn.

Mais la carotte n’est jamais très loin. “Il est révélateur de noter que le decree prévoite la possibilité pour les édiles locaux de proceder à des réquisitions de biens sans detailer les contours de ce pouvoir”, Luke March points out. Une manière de laisser la porte ouverte pour aux les authorities la possibilité de garder une partie du bootin pour eux.

Protect the Russians from the “grand méchant Occident”

Le flou de ces décrets est aussi une manière pour Vladimir Putine d’instaurer une loi martiale plus dure en Russie sans le dire. Les autorités politiques et militaires chargées d’appliquer les nouveaux régimes spéciaux, conscientes que leur loyauté pourra être jugée à l’aune de leur zèle, seront tentées d’en faire plutôt trop que pas assez.

“Le risque est que la Russie se transforme rapidement en État-garnison,” assessed Jeff Hone. Autrement dit, les responsables politiques locales, soucieux de prouver qu’ils ont une poigne de fer, vont pousser les services de sécurité à occuper au maximum le terrain

Ces nouvelles mesures devenaient aussi nécessaires pour rester coherent avec le virage de la propaganda officielle du Kremlin. Le pouvoir insists more and more often on the fact that the war in Ukraine is a war of Russia against the whole nation. Vladimir Putin ne manque pas une case de se poser en grand défenseur de la Russie, menacé dans son integrité par l’Occident tout entier. Ainsi, Moscow is accused of “terrorists” Ukrainians supported by the West of the origin of the recent explosion on the Crimean bridge.

>> À lire aussi : L’attaque du pont de Crimée, the culminating point of Russian reverses in Ukraine

Problem: il n’avait encore rien entrepris de concret pour “proteger” la population russe. These laws martial allegées “represent the response of the power to assure the security of the Russians”, estimates Huseyn Aliyev.

Mais c’est un pari risqué car après la “partial mobilization” contestée dans le pays, ces mesures provvent une fois encore que la guerre est une réalité tangible pour la population. This is not what Vladimir Putin promised the Russians at the start of the special operation. Le risque est de sustigeter davantage de contestation.

Et puis en Russie, la loi martiale n’a jamais été associatedé à des épisodes heureux pour le pouvoir. Il y en a eu des formes au plus fort de l’offensive allemande en Russie durant la Seconde Guerre mondiale et certain mesures s’en rapprochant ont été appliquée au moment du coup d’État manqué de 1991. Mais le dernier à avoir instauré une The martial law on the majority of the Russian territory was imposed by Tsar Nicolas II, before it was overthrown by the October Revolution in 1917. It is not the best of the previous ones for Vladimir Putin.

Source by [author_name]