Denouncing the inaction of the local authorities in the face of a murderous tribal conflict, thousands of demonstrators set fire to the seat of the Nil Bleu government in Damazine on Sunday in southern Sudan.

Thousands of demonstrators set fire to the headquarters of the Nil Bleu government in Damazine on Sunday, October 23, in the south of Sudan, bordering Ethiopia, to denounce the inaction of the local authorities in the face of a tribal conflict. fait au moins 200 morts, selon des témoins.

The crowd initially tried to force the entrance of the army’s general quarters in the province with the cry of “Omda dégage!” “, en référence au governor Ahmed Al-Omda Badi, ont rapporté ces témoins.

“Ils se sont finalemente tournés vers le siège du gouvernement local et y ont mis le feu, l’incendie est toujours en cours,” said Abdel Kader Ibrahim, un habitant joint par l’AFP au téléphone.

En fin d’après midi, plusieurs habitants joint par l’AFP ont dit avoir entendu “des tirs dans le center et l’est de Damazine”, le chef-lieu de l’État du Nil Bleu.

Au moins “200 personnes sont mortes” lors d’affrontements pour l’accès à la terre Wednesday et jeudi entre la tribu des Haoussas, une ethnie Africaine, et des clans rivaux à Wad al-Mahi, à 500 kmètres au sud de Khartoum, a announcement samedi un responsible local.

“Certains corps n’ont pas encore été enterrés”, at-il added, the appellant “les organization humanitaires à aider” les autorités locales à inhumer les zabites.

“Les hospitals face a serious pénurie de médicaments compte tenu du nombre croissant de blessés,” the local health minister, Gamal Nasser, said Sunday by telephone to AFP.

Friday, Ahmed Al-Omda avait decrété l’état d’urgence dans le Nil Bleu et donné les pleins pouvoirs aux de sécurité pour “faire cease les combats”.

Jeudi déjà, plusieurs centanes de personnes avaienté manifesté à Damazine pour protester contre les violences, alors que de juillet à début octobre, au moins 149 personnes ont été tuées et 65,000 déplaces dans l’État du Nil Bleu, selon l’ONU.

Durant l’été, the Haoussas s’était mobilisés à travers le Soudan, se disant discriminated par la loi tribale qui leur interdit, parce qu’ils sont arrivés les derniers dans le Nil Bleu, de posséder des terres.

The question of land access is very sensitive in Sudan, where agriculture and breeding represent 43% of employment and 30% of GDP.

Depuis le putsch, le 25 October 2021, du général Abdel Fattah al-Burhane, les conflits tribals sont en hausse du fait, disent les experts, du vide sécurité created par le coup d’État.

Depuis janvier, ils ont fait près de 600 morts et plus de 210,000 displaces, selon l’ONU.

With AFP