Il n’y a pas que la farine ou les pâtes qui soient composées de céréales, la bière aussi. “On a beau essayer de se fournir localement, les prix suvran les cours internationaux”, explains Nicolas Ciolfi, brasseur du Blindcat à Saint-Chamond. “Au 31 juillet, les céréales avaient price pris 40 %”. “C’est une conéquence directe de la guerre in Ukraine” by Gregory Belezan.

“In 2023, the prize in the world”

Le brasseur de la Tit’Mousse à Pélussin, ne travaille qu’avec des produits locaux, et bios, le plus possible. The prices he buys his cereals ont connu une increase moins importante, “environ 100 € la tonne, soit 10%”, “mais la malterie d’Ardèche vient de nous prévenir qu’elle augmentait ses tarifs”, précie-t-il . Et il s’attend à d’autres hausmes. “2023 risque d’être très compliquée car la récolte 2022 a été très fortement touchée par la war. Les gros acheteurs vont certainly se reporter sur les petites productions, et les prix vont monter”, he warned.

“…

Source by [author_name]