“Le reservoir de ma tronçonneuse fait une trentaine de centilitres, je dois faire le plein à la pumpe à chaque fois?” », s’amuse Clément Autin, élagueur yssingelais. Pour les élagueurs, l’arrêté préfectoral interdisant l’utilisation de l’utilisation de l’utilisation de jerricans ou de bidons aux stations essence n’était pas envisageable. “Sur le departure, ça été fait de manière trop générale, sans prendre en compte les specificities et les besoins de chacun, regretette un paysagiste altiligérien. On est passé outre, il faut bien régler les factures et travailler » Pour ces professions necessitant differents tools et machines fonctionnant avec du carburant, impossible de se passer des bidons et des jerrycanes.

Parfois des remarques à la pompe à essence

L’une des difficulties a donc parfois été de faire comprendre dans les station-services que ces professionnels n’était pas des particuliers qui uset des réservoirs manuels pour stocker, dans un contexte où les incivilités se sont multipliées lors des pénuries. « À la pompe à essence, les gens semblaient compréhensifs, c’est marque sur nos véhicules que nous sommes une entreprise donc j’imagine que c’est pour ça que nous n’avons pas eu de soucis. »

D’autres explicalent avoir fait face à des remarques : ” Quand on est en tenue professionnelle ça va, précise, Sylvain Thialon élagueur-grimpeur based à Sainte-Sigolène, par contre en tenue de ville, j’ai déjà eu droit à des réflexions , mais souvent on explique le métier qu’on fait et ça va mieux. » ” If they don’t understand, they invite me to come with me on interventions, they see that they don’t have to do anything,” Clément Autin said.

The priority: ne pas annul d’interventions

According to the interventions, c’est entre une vingtaine et une centaine de liters par semaine de carburants qui sont consommées chaque semaine. Obligeant donc à un passage en pompe environ toutes les semaines. L’augmentation du prix du carburant a donc été une mauvaise nouvelle pour les élagueurs, accompaniede en suite par la pénurie. De plus, ces secteurs ne font pas partie des professions prioritaires aux station-services .

La recherche de ravitaillement a donc bien souvent rallongé les journées des professionals, entre les queues d’attente et la recherche de stations où les réservoirs nétait pas vides. Ces entreprises ont malgré tout réussi à maintenir toutes leurs interventions, ce qui était leur priorité.





Les jerricans finally authorized pour les professionnels

The premier prefectoral decree was published on October 10. Celui-ci interdit l’achat de carburant dans des “receptances transportables manualment”, il a pris effet le 11 octobre à 7 heures et était indicé pour durer jusqu’au octobre 21 à minuit.

Un second arrêté a produtto, sur celui-ci ainsi que sur les communications de la préfecture de Haute-Loire sur ses réseaus sociaux, il était indicé que l’interdiction ne s’applicait pas aux “professionals en mesure de justify d’ une activité qui necessitate l’utilisation d’outils ne pouvant être rechargés que par des receptances transportables, et lorsque ce remplissage est dûment justifié. »

En donnant en exemple les “professionals de l’entretien forestier ou des espaces naturalels, paysagistes…” Ce second arrêté s’étend jusqu’à ce mardi 25, à minuit.

Source by [author_name]