Dans un communiqué de presse du samedi 22, les organisateurs du salon ont anouncement pouvoir comptabiliser 400,000 visiteurs d’ici la end du salon. In six days of salon, that’s around 66,000 visitors per day. In 2018, the Mondial welcomed 1,000,000 visitors in 11 days, or 90,000 per day. Alors, est-ce un bon chiffre? Oui probably car ce salon n’est pas directly comparable à celui de 2018. Pour plusieurs raisons : il y avait beaucoup moins de constructors cette année, la version 2022 a succédé au covid et de manière generale, le contexte est moins favorable aux autos. Mins de visiteurs/jours qu’en 2018 et pourtant, une sensation de crowde ressentie dans les allées du salon en raison de la diminution du nombre de pavillons consecrated au salon.

Journal de la rédaction n° 4 : quel bilan tirer de ce salon 2022

Malgré ce bilan plutôt positiv, une partie de la presse, notably specialized, a été plutôt severé avec les organisteurs, leur reprochant de ne pas avoir investi le célèbre hall 1, de ne pas avoir couverture de moquette les allées, de ne pas avoir facilité la circulation du public entre les trois pavillons de l’exposition.

À Caradisiac, nous pensons que ces griefs ne sont pas si importants. Plus ennuyeux est l’absence d’un grand nombre de constructors, plus d’une vingtaine. Nous avons réalisés un micro-trottoir qui certes n’a pas de valeur statistique, mais qui permet de comprendre qu’a priori, les visitors would prefer to see the models d’un plus grand nombre de marques. Ajoutons que malgré ces absences, les visiteurs interviewés n’ont pas regretté d’être venus. Surtout, est-ce la faute de Hopscotch si des constructors importantes ont décidé de ne pas venir? A priori non car cette desertification a commencement il ya plusieurs années et il manquait déjà des constructors à l’appel en 2018, même s’ils étaiten moins nombreux à avoir décliné l’invitation. Nous évoquions même déjà le sujet en 2016.

The main weakness of the 2022 edition is the lack of constructors, but the organizer is not responsible

Dans ces conditions et au consider du nombre de visiteurs, et d’un context singularier déjà évoqué, on pourrait considerar que le pari est gagné. Et les organisateurs n’ont pas hésité à forcer le trait. Dans leur communiqué de presse de samedi, ils ont tellement mis en valeur un bilan qu’ils souhaitaient absolument positiv, evoquant even des details rarely évoqués dans ce type de document, qu’il reflétait rather une certaine fear de ne pas avoir été à la noble. L’enjeu, sans doute…

Au-delà des polémiques qui ont un peu agité cette semaine le petit monde de l’automobile, que peut-on en dire à Caradisiac? Tout d’abord et c’est une excellente nouvelle pour tous les acteurs de l’automobile, ce salon nous aura permis de nous rendre compte que l’automobile, et cela malgré une forme d’autophobia latente, est toujours plébiscitée par le public .

Personne ne sait si les 400,000 visiteurs ont été satisfaits

On aime toujours l’auto en France, ce qu’elle représente, la liberté qu’elle procure, les sensations qu’elles generent, et cela, qu’elle soit thermique ou électrique. C’est pour cette raison-là que 400,000 motorists ont fait le déplacement. Mais, il ya selon nous une question essentielle pour l’avenir que les organizateurs ne doivent pas traiter à la légère : les visiteurs sont-ils repartis satisfaites? À défaut d’un sondage, nul ne peut le savoir aujourd’hui.

Les visiteurs n’ont pas décidé de venir visiter la multitude de petits stands du hall 3, ceux qui vendent de la recharge électrique, ceux qui vendent du Rétrofit etc. Ils ne sont pas non plus venus pour voir des marques chinoises et vietnamiennes dont ils ne connaissaient même pas l’existence avant de venir. Ils sont venus par habitude, comme ils le font depuis des decencias. Et ils ont découvert un nouvel univers rendu notably moins flamboyant par l’absence de marques qui, elles, font rêver depuis longtemps.

The organizers would be guilty of afficher une sorte de satisfaction absolue, d’imaginer que 400,000 visiteurs sont venus parce qu’ils savaient ce qu’ils allaient voir et qu’ils en sont repartis conquis. Pour avoir beaucoup échangé avec les organisateurs pendant le salon, nous avons compris qu’ils sont très B2B, c’est-àdire très proches des préoccupations de ceux qui ont payé leurs stands. C’est sans doute une qualité pour pouvoir convincing les entreprises de s’engage. Mais leurs véritables clients sont ceux qui payent l’entrée, les visiteurs, vous-mêmes, nos lecteurs, les 8 millions de Français qui chaque mois viennent visiter Caradisiac.

Ce sont bien les automobilistes qui font exister les salons, et non les constructeurs. Cette édition 2022 en apporte la preuve. Beaucoup de constructeurs ne sont pas venus, et pourtant les visiteurs ont résumé présent. Donc le salon continue. Si tous les constructeurs avaient été présents et si les visitors avaient boudé le salon, c’était la fin du Mondial de Paris.

L’auto n’est pas morte, le salon n’est pas mort

In conclusion, nous n’avons aucun conseil à donner à Hopscotch, the organizer, pour la next edition qui aura lieu en 2024. Bien sûr, il s’agira et ce ne sera pas simple de réussir à convincencre les constructors absent cette année de revenir. Et ceux-là auraitan tort de continuer de bouder. Les Français les attendant. Ce salon l’a prouvé. Mais il s’agira aussi pour les organisateurs d’être sans doute un peu plus B2C dans l’âme, pour vous permettre à vous tous dans deux ans de découvrir tous les nouveaux modèles de tous les constructors dans les meilleurs conditions. L’un et l’autre étant bien sûr lié.

Finally, 2022 a surfé sur le manque après quatre ans d’absence, et sur l’acquis de toutes les éditions antérieures des salons de l’auto parisiens. Les plus anciens automobilistes, un brin nastalgiques will have to accept qu’il y aura eu les salons pré et post-covid et qu’ils seront différents. Et il faudra faire preuve d’empathie à l’égard des plus jeunes, ces nouveaux visiteurs pour qu’ils reviennent tous les deux ans, en 2024, en 2026, 2028 et pour cela, les surprendre, les émerveiller, leur donner sans doute plus que cette année, leur créer des souvenirs. Rude task, but passionate task.

Quoi qu’il en soit, et ce salon l’aura montré, l’auto n’est pas morte, le salon de Paris n’est pas mort. And Caradisiac will have contributed to this sort of resurrection and being among the media, the person who will give you the most permission to discover the salon and rest in your salon. Pour cela, nous vous avons donné à lire et à voir plus de 150 articles and 60 videos).

Source by [author_name]